RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.4
(3 votes)
Au XVIIIème siècle, la sorcière en fuite Mad Dolly (L.E. Mack) est capturée avec un piège à loups, puis brûlée. Pendant ce temps, Lord Garrick, qui a ordonné son exécution, est étranglé par un bras jaillissant d'un mur. Un orage éclate, et la sorcière au bûcher maudit la noble lignée. Lorsque Lady Garrick (Mary Maude) réintègre son logis, elle découvre le cadavre de son époux, et le fantôme de la sorcière, armé d'une épée, la décapite. Fin du film, que James Garrick (John Nolan) vient de projeter à ses invités réunis dans le vieux manoir familial. Afin de rester dans l'ambiance, Gary (Michael Craze) procède à une séance d'hypnose sur la femme de James, Ann (Carolyn Courage)… qui s'empare de l'épée accroché au mur et blesse son mari. La malédiction proférée par la sorcière semble bien réelle. Après cet incident vite dissipé, les meurtres se succèdent...



Alors là, attention les yeux, Norman J. Warren a frappé fort et son film risque de faire des dégâts parmi les amateurs de série B à budget microscopique !
Avant toute chose, et afin que les fans de "zombies movies" ne soient pas lésés, sachez qu'il n'y a aucun mort vivant dans ce film. Aucun. Enfin presque qu'aucun. Il est possible que la main qui sort d'un mur pour tuer Lord Garrick dans la séquence d'introduction appartienne à un mort vivant. Mais comme on n'aura pas d'autre indication par la suite sur cette main surgissant de nulle part et qu'en plus, cette scène fait partie du film réalisé par le dernier descendant du Lord désireux de relater la tragédie dont est victime sa famille, on peut en fin de compte dire qu'il n'y a aucun mort vivant dans "La Terreur des Morts Vivants" ! Incroyable avec un titre pareil non ? A moins que le fait, que la sorcière brûlée vive il y a des siècles en ayant lancée une malédiction sur toute la descendance des Garrick et qui réapparaît de nos jours pour terminer sa vengeance, la fasse appartenir au monde des morts vivants. Personnellement, je la mettrai plutôt dans la catégorie des "spectres vengeurs" et je pense que tous les spectateurs ayant vu ce film feront de même…



Norman J. Warren est un réalisateur anglais qui ne compte que dix films dans toute sa filmographie. Tant mieux diront certains ! Pourtant, Warren est l'auteur de séries B assez sympathiques, même si elles s'oublient assez rapidement, la cause au budget dérisoire et au rythme très lent de ses films. Parmi ses œuvres les plus connues, on citera "Inseminoid", "Le Zombi venu d'ailleurs", "Satan's Slave" ou "Réveillon Sanglant". Nul doute qu'après la vision de "La Terreur des Morts Vivants", celui-ci viendra se classer aisément au premier rang des films cultes de ce réalisateur, que les amateurs de nanars rangeront entre " La Revanche des Morts Vivants" de Jean Claude Roy et "Le Lac des Morts Vivants" de Jean Rollin.

Que dire sur cet ovni ? Qu'il mélange plusieurs genres, comme le film de spectre, le film de possession ou bien encore le giallo. En fait, il est vraiment dommage que Norman J. Warren n'ait pas voulu réaliser un pur giallo parce qu'il se révèle très à son aise dans les séquences à suspense, avec poursuite, panique des actrices, faux semblants, comme dans la scène où l'un des personnages féminins se croit poursuivi par un maniaque alors qu'il ne s'agit que d'un sympathique dépanneur venu l'aider à remorquer sa voiture tombée en panne, dépanneur joué par Peter Mayhem, acteur plus connu sous son nom de…Chewbacca.

Séquence très sympa également avec le premier meurtre, se déroulant en forêt, et possédant tous les ingrédients des gialli, avec notamment l'utilisation d'une arme blanche pour commettre l'homicide. On pense franchement aux films de Dario Argento, comme "Les Frissons de l'Angoisse" ou "Phénoména" par exemple, voir même à "Suspiria" de par l'utilisation de certains filtres de couleurs. Dommage donc que l'ensemble du film flirte avec le fantastique tout en voulant jouer la carte de l'authenticité mais surtout que l'enchaînement des séquences se fasse un peu n'importe comment, perdant le spectateur qui ne comprend pas trop à quoi il a affaire, ni le pourquoi du comment.



Les acteurs et actrices font le minimum syndical et il faut bien reconnaître que certaines interprétations prêtent à sourire. On retiendra également une séquence de strip-tease totalement ringarde qui donne un cachet d'étrangeté supplémentaire au film, qui devient véritablement une œuvre hors norme au fur et à mesure du visionnage. Ne parlons même pas des séquences où un réalisateur tente de filmer une scène érotique dans une baignoire. Ca en devient presque hilarant tant les acteurs sont mauvais.

Dans ce méli-mélo fourre-tout multi genre, l'amateur retiendra également les meurtres liés au surnaturel, dont l'incroyable scène où l'arme du crime est…une pellicule de film vivante, contrôlée par l'âme vengeresse de la sorcière bien sûr !

Cette dernière nous reviendra lors du final tonitruant, où son rire macabre résonnera dans toute la demeure. Un final assez expéditif, mais néanmoins très réussi, avec une belle utilisation de la brume qui envahit l'intérieur de la maison des Garrick, et qui vient clore un film assez hallucinant dans son traitement. Norman J. Warren devait être sous amphétamine les jours de tournages, ce n'est pas possible autrement.



"La Terreur des Morts Vivants" est une expérience cinématographique d'un autre genre, possédant de bonnes idées, de belles scènes mais dont le principal défaut est qu'il ne sait pas trop sur quel pied danser, mêlant les genres dans le plus total foutoir, et rendant bien compliqué le déroulement de l'histoire. A réserver exclusivement aux amateurs de films bizarroïdes, sans queue ni tête, et surtout pas aux amateurs de films avec des morts vivants.

Disponible en dvd chez : http://www.neopublishing.com