RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
William J. Hole Jr

Scénariste
Lou Rusoff

Date de sortie
1959

Genre
maisons hantées

Tagline


Cast
Jody Fair
Russ Bender
Henry McCann
Martin Braddock...


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Ronald Stein + divers

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2
(1 vote)
Une bande de copains, adepte de rock n'roll, de course automobile et vouant une passion sans borne aux voitures dont le moteur est gonflé à bloc, va bientôt se retrouver sans locaux, leur club n'ayant pas assez d'argent pour continuer à exister, et ce, malgré l'intervention d'un journaliste, qui en écrivant des articles sur eux est devenu leur ami. Une vieille dame, Anatasia, amie de la seule fille pilote du club, Loïs, leur propose de s'installer dans sa vieille demeure. Mais la vieille dame les met en garde : sa maison serait hantée...



Réalisé en 1959, ce film d'une courte durée (65 minutes au compteur...) fait partie d'un genre très en vogue à l'époque, les Teens Movies, où des jeunes passent leur temps à danser, à conduire des voitures et à s'amuser.

L'originalité de celui-ci est qu'il va confronter nos adolescents à des événements mystérieux, flirtant avec le fantastique.

La première partie du film, qui dure quand même quarante bonnes minutes, n'est rien d'autre qu'une comédie pour teenagers, et n'est guère passionnante, même si les séquence de course (une seule...) ou de danse (très nombreuses) au rythme de morceaux de rock n'roll est plaisante à regarder. Le film nous rappelle le "cry-baby" de John Waters, même si on préférera mille fois ce dernier.



On suit donc les mesaventures de cette joyeuses bande de garçons et de filles, membre du Zenith Club, un club pour les fanatiques de grosses cylindrées, dont un journaliste a décidé d'écrire des articles. Loïs, la seule fille qui conduit du club, fait une course dans les rues de la ville contre une fille d'une bande rivale. Après l'intervention de la police, la jeune fille sera punie par ses parents et se verra priver de sortie. Elle aura néanmoins la permission d'organiser une fête chez elle, qui se terminera en "pyjama party" entre filles, au grand desespoir de son père qui aimerait bien dormir.

De nombreux numéros de danse ponctuent le film, car nos adolescents ne pensent qu'à danser, et quelques gags le parsèment également, des gags typiquement "teen movies", qui ne feront que sourire. On est bien loin des "american pie"...

Les parents de Loïs reçoivent chez eux une vieille dame, Anatasia, qui est venue accompagner de son perroquet, animal qui sera pretexte à des gags très lourds, l'oiseau n'ayant pas la langue dans sa poche mais bon, une ou deux phrases, ca va, une séquence entière basée sur l'humour des répliques du perroquet, c'est un peu longuet quand même...



Au bout de quarante minutes, nos adolescents n'ayant plus de locaux pour entreposer leur véhicule, Anatasia leur propose d'aller visiter son ancienne demeure, réputée hanté. L'ambiance devient un peu plus "fantastique", avec des cris survenant de l'intérieur de la maison, ou cette apparition d'une ombre monstrueuse, sortant d'une cheminée qui cache un passage secret. Mais le ton du film revient vite à la comédie, avec quelques gags "surnaturels" assez amusants cette fois-ci.

L'amateur de vieux films fantastiques reconnaïtra au premier coup d'oeil que le costume du monstre de la maison a déjà servi au film "the she creature". Il commence même à être en mauvais état...

Notre monstre s'amusera avec nos adolescents, et viendra même dormir contre l'un d'eux, dans une séquence sans queue ni tête, puisqu'on ne saura jamais ce que le monstre devient une fois l'adolescent réveillé.



Qu'importe, tout est pretexte à la fête, notre petite bande voulant célébrer leur nouveau local, ils invitent tous leurs copains pour une soirée sur le thème du "bal des vampires" ! La soirée se poursuit donc en musique, et parmi les costumes des invités, on reconnaîtra également la tête du monstre du film "Invasion of the saucer men".

Entre deux morceaux, le monstre hantant la maison viendra se joindre à la fête, et tentera même de danser avec Loïs ! Mais le journaliste est bien décidé à mettre à jour ce qui n'est pour lui qu'une supercherie.

La conclusion du film en fera sourire plus d'un et elle est plutôt réussie.

Ghost of Dragstrip Hollow, malgré son titre, n'est en fait qu'une comédie déguisé en film d'épouvante. La majorité du film ne sert qu'a mettre en valeur des morceaux de musique sur lesquels nos adolescents se déhanchent avec passion. Le fantastique fait une petite apparition mais il est clair que ce n'est pas le but premier du film. Il est d'ailleurs dommage que le réalisateur n'est pas développé la partie se déroulant dans la maison hantée, car même traité sur le ton de la comédie, le film aurait été bien plus intéressant et surtout plus drôle.

Un petit film sympathique mais qui ne joue pas à fond la carte du surnaturel et qui trompe quelque peu le spectateur avec son titre qui laissait présager un tout autre film. Dommage...








Du même réalisateur :