RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.7
(6 votes)
En 1634, dans la ville de Loudun, l'Abbé Urbain Grandier exerce une très grande influence sur les gens de la ville. Collectionnant les conquêtes féminines, Grandier refuse d'abattre les remparts de la ville, qui a échappé aux guerres de religions. Mais au couvent des Ursulines, l'inquiétante Mère Jeanne des Anges se déclare possédée par Grandier. Pour l'envoyé de Richelieu, c'est l'occasion parfaite d'éliminer Grandier, la folie va pouvoir commencer…



Réalisateur provocateur à la carrière inégale, Ken Russell se vautre dans les visions délirantes, choquantes et grotesques à travers des films soit réussis ("Les jours et les nuits de China Blue", "Love", "Tommy", "Altered State"), soit franchement ridicules ("Gothic", "Le repaire du vers blanc"). Pourtant l'un de ses meilleurs films reste "The Devils", oeuvre maudite par excellence car ayant fait l'objet d'un scandale à l'époque de sa sortie comme tant de films dans les années 70 : "Orange mécanique", "Salo", "Les chiens de pailles"… Inspiré d'une histoire vraie, à savoir celle des diables de Loudun, "The Devils" est une œuvre unique dans l'histoire du cinéma, autant par son style que son univers hystérique et décapant.



Le film se déroule en 1634 à Loudun, ville qui a échappée miraculeusement aux guerres de religions qui font rage mais ravagée par une épidémie de peste. L'abbé Grandier, grand séducteur, est l'objet de tous les fantasmes au couvent des Ursulines, en particulier celui de Mère Jeanne des Anges, religieuse fanatique et à demi-folle frappée par des visions troublantes comme celle du Christ prenant la forme de Grandier descendant de la croix pour l'étreindre fougueusement. Grandier défend la ville dont les remparts doivent être détruits. S'opposant à cette action et provoquant certains remous, Grandier devient la cible de l'envoyé de Richelieu, cherchant à tout prix à l'éliminer. Mère Jeanne des Anges continue de délirer et affirme qu'elle est possédée par le démon et par Grandier. Désirant tirer parti de cette folie, l'envoyé de Richelieu fait appel à un exorciste hystérique qui va condamner Grandier, venant de se marier.

**ATTENTION SPOILER**
Les nonnes du couvent, surexcitées et nymphomanes, jouent à leur tour les possédées, ne faisant qu'accentuer l'accusation contre Grandier. Celui-ci devra être soumis à la question et torturé, dans des scènes avant tout suggestives, mais souvent très fortes, l'accusé clamant à tout bout de champ sa véritable innocence alors que ses bourreaux ne veulent qu'entendre sa "fausse" vérité. Grandier finira sur le bûcher, tel Jeanne D'Arc, dans une séquence finale d'une intensité et d'une cruauté sans nom.
**FIN DU SPOILER**



Tour de force considérable, le film de Ken Russell est un chef d'œuvre d'une richesse et d'une puissance inébranlable. On citera tout d'abord les acteurs tout bonnement hallucinants, en particulier Oliver Reed et Vanessa Redgrave, mais aussi d'excellents seconds rôles comme l'exorciste ou l'Abbé Mignon, pratiquement impuissant devant cette folie. D'une splendeur visuelle évidente, "Les Diables" joue sur de magnifiques décors noir et blancs, démesurés, magnifiques. Russell nous envoi en pleine figure des visions chocs comme ces nonnes déshabillées et psychotiques se débattant comme des diables, Louis jouant dans un ballet homosexuel ou fusillant des protestants déguisés en oiseau, l'Abbé Grandier marchant sur l'eau ou le plan final inoubliable.

Dénonciation du fanatisme mais aussi de la liberté persécutée par l'intolérance et l'obscurantisme, mise en scène baroque et incroyablement inspirée donnent sans aucun doute le meilleur film de Ken Russel.



Un film fabuleux par son climat d'hystérie, le mauvais goût de ses images et sa violence sulfureuse, où Russel fait des miracles. Une œuvre qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui fait des étincelles encore aujourd'hui. Tortures, bacchanales, exorcisme, imprécations, tourbillon d'images vertigineuses et de couleurs inquiétantes, "The Devils" est le plus grand film de Ken Russel, prenant les plus grandes libertés avec l'histoire pour nous plonger dans une histoire vraie qui n'a jamais été aussi bien retranscrite à l'écran.








Du même réalisateur :

GOTHIC