RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.9
(13 votes)
Un homme dans une maison tue sa femme, son fils, son chat et se suicide. Depuis cette horreur, la maison est hantée par ces esprits défunts, et une malédiction s'abat sur quiconque pénétrera la demeure. Malgré tout plusieurs personnes vont être amenées à y pénétrer pour leur plus grand malheur.



Voilà un peu près comment on peut résumer l'histoire de "Ju-on" mais avant toute chose parlons de la genèse de ce film.
Après le succès des films horrifique nippons de fantômes amenés par Nakata avec son fameux "Ring", plusieurs copies souvent mauvaises vont déferler, cependant "Ju-on" va faire l'objet d'un culte et d'une grande reconnaissance auprès du public. Tourné à la base en DV, Shimizu donnera une suite très peu de temps après. En vu de ce succès ravageur, il obtient un plus grand budget et peut désormais en toute tranquillité tourner la version qui nous intéresse. Empruntant toujours le même titre "Ju-on" ("The grudge"), il s'agit en fait d'une redite de la version DV.



"Ju-on" se différencie d'emblée des autres films traitant de maisons hantées et spectres de par sa construction. Ici on suit plusieurs personnages un par un (dont le prénom nous est écrit sur l‘écran au début de leur apparition) qui vont pénétrer dans la demeure, pour enfin les voir mourir. Si cela s'avère d'une grande originalité (bien que l'on peut y rapprocher "Inferno" de Dario Argento), cela mène également à quelques faiblesses. D'une part on sait que chaque personnage que l'on va suivre va mourir, on peinera dès lors à avoir un quelconque attachement à celui-ci. D'autre part, cela nous montre que le film ne comporte pas vraiment d'histoire (bien que chaque protagoniste ait un lien avec les autres).
En effet Shimizu s'est donné comme objectif de nous foutre la frousse de notre vie et il y arrive le bougre !
"Ju-on" est un exercice de style, une leçon de cinéma de flippe. Dans ce film, vous allez retrouver tout les codes, les moyens et les règles pour faire sursauter le spectateur. Cependant attention, ne croyez pas que vous n'allez pas tomber dans le panneau, Shimizu connaît les ficelles et sait parfaitement sublimer quelque chose de déjà existant. Simple il suffit de voir la séquence avec la caméra de surveillance qui renvoie directement à la fameuse scène de la télévision dans "Ring", vous l'avez en tête? Bien alors imaginez la même chose mais en 10 fois plus flippant!



Le film est donc terrifiant du début à la fin puisque la construction narrative est au strict minimum.
L'ambiance est grandement dûe à la musique et aux bruitages. Difficile de ne pas être pris de malaise quand un personnage est seul dans une pièce pratiquement dans le noir et que vous entendez de plus en plus fort des bruits très étranges (genre des claquements) et que hop! Apparition d'un fantôme.
"Ju-on" nous permet de voir plusieurs fantômes, on verra le chat noir (signe qui ne trompe pas sur la mort d'ailleurs), le petit garçon (qui impressionne de peur à chaque de ses apparitions) et sa mère (qui nous livre une séquence dans les escalier à en faire un arrêt cardiaque, je n'en dis pas plus).



Comme le fut "Ring" ou encore "Dark water", "Ju-on" n'utilise aucun plan gore (bien que l'intro du film nous ferait penser le contraire). Pas besoin de sang, le réalisateur veut faire peur avant tout par sa mise en scène et non offrir un spectacle vomitif.
Vous l'aurez compris "Ju-on" est à l'heure actuelle certainement le film de fantôme le plus terrifiant, malheureusement difficile de parler réellement de chef-d'oeuvre du fait de sa non construction narrative, l'impact du film étant déjà très amoindri dès un second visionnage. On préféra donc sans mal l'histoire de "Ring" et encore plus celle magnifique de "Dark water", mais "Ju-on" remplit parfaitement son contrat : il fait peur, très peur!



6/6 - Anonymous