RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(26 votes)
Des scientifiques sont envoyés en Indonénie pour recueillir des spécimens de l'orchidée de sang, une plante susceptible d'allonger la durée de la vie. Annoncée même comme la version médicale de la Fontaine de Jouvence. L'expédition ne se passe pas comme prévue, peu aidée par la saison des pluies. Pendant ce temps, les relations entre les membres de l'expédition deviennent tendues, face à des choix impliquant plusieurs trajets.



1997: bureau de la productrice Vernah Harrah.

"Oua!!Vous avez-vu? Notre crétin film de serpents géants cartonne au box-office. Il faut vite faire une séquelle!!

Vernah Harrah: "Ok, à condition d'avoir un scénario en béton".

Six ans plus tard, nous apprenons qu'une suite au film de Luis Llosa était mise en chantier. Une suite sans vedettes (exit Jennifer Lopez et Ice Cube), et un budget inférieur alloué. Ce qui n'inquiète pas l'homme chargé de diriger ANACONDA 2, ce sous-doué de Dwight H.Little (le passable "halloween 4" mais aussi le miraculé "Fantôme de l'opéra" -une très sympathique série B gore). Direction l'Asie du Sud-est où se situe l'action du film. Peu importe finalement les contre-vérités géographiques émises par ce scénario à de nombreuses mains (en béton!!! qu'est ce qu'on rigole), dont le fait que l'espèce des anacondas n'existe pas à Bornéo. Fort heureusement, le public n'y connait absolument rien.



Ce n'est pas une raison pour bâcler l'ensemble de cet ANACONDAS (au pluriel s'il vous plait!). On a quand même droit à un scénario fainéant et beaucoup trop gentil pour faire durer le suspense. A se demander si le politiquement correct n'a pas encore frappé. Les acteurs sont bien sûr adéquats à leurs rôles et font clones des précédents acteurs: le black de service, le traître (suspense!!!!!!!!!), deux femmes un peu cloches (la brune et la blonde), un singe débrouillard mais peu courageux.... Nos amis, les anacondas, sont néanmoins assez impressionnants... surtout lorsqu'ils ne bougent pas trop vite. Car les effets spéciaux numériques sont une véritable catastrophe, faisant penser à ces productions Z, type Nu Image et UFO ("Python").



Plus orienté aventures que véritablement horreur, on peut se laisser guider au fil du flot d'une histoire convenue, bénéficiant de beaux décors. Malheureusement, jamais mise en valeur du fait d'une photo anonyme. La musique est aussi beaucoup trop en retrait. On apprend aussi l'existence de la fameuse orchidée du sous-titre, que les anacondas ingurgitent, ce qui expliquent leur grosseur démesurée. Plus drôle, les gros serpents organisent une partouze géante en pleine jungle. C'est qu'ils sont chauds nos amis à sang froid.



C'est surtout sur la durée que le film ne tient pas la route. Tout n'étant pas négatif. En effet, quelques plans inquiétants ne sont pas sans rappeler des plans des "Dents de la mer" avec attaque subjective. Les images du serpent se faufilant dans l'eau avant de choisir sa proie sont plutôt pas mal. Autre passage à mettre au crédit de Little: des rescapés qui passent par une grotte plongée dans l'obscurité. L'un des uniques moments qui peuvent faire flipper les spectateurs les plus endurants.

SPOILER

Gros coup de gueule envers le choix des victimes. L'Anaconda optant pour des victimes masculines -délaissant les femmes-, et sans compter le singe qui s'en sort. Des ficelles scénaristiques que l'on croyait appartenir à une époque révolue.

FIN SPOILER








Du même réalisateur :

HALLOWEEN 4