RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(50 votes)
Un anthropologue et son équipe de tournage partent dans la forêt amazonienne pour réaliser un documentaire sur une tribu primitive. Ils vont rencontrer sur leur route un ancien prêtre reconverti en chasseur de serpents qu'ils vont accueillir à bord de leur bateau. Mais ce qu'ils ne savent pas, c'est que cet homme, mystérieux et peu chaleureux, est en fait en train de traquer un anaconda gigantesque qui a élu domicile dans la région. Très vite, le braconnier va prendre le contrôle du bateau afin de capturer le reptile qui les a pris à présent en chasse. L'horreur commence pour nos amis de la nature qui vont tenter de survivre à ce qui est certainement le plus gros serpent jamais vu auparavant…



Les films mettant en scène des animaux dangereux sont monnaie courante dans les films de genre, que ce soit des araignées ("arachnophobie", "spiders", "arachnid", "tarantula"…), des requins ("les dents de la mer", "peur bleue", "squale"…), des crocodiles ("le crocodile de la mort", "crocodile", "alligator", "lake placid", "black water", "solitaire"…) ou autres chiens, rats, chauve-souris… Les films de serpents ne font pas exception à la règle, à la seule différence que les bons films de cette catégorie se comptent malheureusement sur les doigts d'une main (évitons les navets tels que "python", "python 2", "boa", "python vs boa" et j'en passe). "Anaconda" justement fait partie de l'un des cinq doigts de la main : un très bon petit film à l'ambiance très jungle, parsemé d'action et au casting alléchant.



Réalisé par un quasi inconnu Luis Llosa, qui avait donné un certain "sniper" quatre années auparavant, "anaconda" demeure une référence dans son domaine. Faisant partie des gros films hollywoodiens de cette année 1997, celui-ci nous propose un casting très intéressant qui fonctionne à merveille. Figure en effet dans le haut du panier le génial Jon Voight ("délivrance", "le retour", "mission : impossible", "ennemi d'état", "pearl harbor", "ali", "transformers"…) dans le rôle d'un braconnier très viril, inquiétant, sournois et rusé. Un être fourbe qui n'hésitera pas à éliminer ceux qui se mettent en travers de sa route et qui fera tout pour capturer cette immense bestiole qui sévit dans les parages, quitte à utiliser ses sauveteurs comme appâts. Un rôle époustouflant que nous sert ici un Jon Voight en grande forme (de loin le personnage le plus intéressant du film de Luis Llosa). A ses côtés (mais du côté des "gentils"), on retrouve la très jolie Jennifer Lopez que l'on ne présente plus musicalement parlant mais dont la filmographie possède toutefois quelques bons films ("money train", "u-turn, ici commence l'enfer", "the cell"…). Toujours dans le domaine de la musique, le rappeur Ice Cube ("ghosts of mars", "torque", "triple x 2"…) participe également au casting (tout en donnant une petite participation à la bande originale) en jouant le rôle d'un caméraman aux méthodes expéditives, refusant recevoir des ordres. On finira ce casting de stars avec les présences d'Eric Stoltz ("la mouche 2", "killing zoe", "pulp fiction", "the prophecy", "l'effet papillon"…), Jonathan Hyde ("jumanji", "titanic", "jeanne d'arc", "la momie", "attila le hun"…) et le beau Owen Wilson ("armageddon", "hantise", "en territoire ennemi", "disjoncté", "mon beau-père et moi", "serial noceurs", "starsky et hutch"…) qui reste malgré tout plus à l'aise dans les comédies américaines, bien loin ici de son grand ami Ben Stiller.

Une pléiade de stars n'est souvent pas bon signe pour un film mais "anaconda" est la preuve que les contre-exemples existent. En effet, le casting fonctionne admirablement, chaque joueur apportant sa pierre à l'édifice (même les seconds rôles, comme le matelot peu hospitalier de notre petit groupe d'amis, apportent du réalisme et de la vivacité au long-métrage).



Parlons à présent de l'histoire à proprement parlée. Même si celle-ci tient dans un mouchoir de poche, elle demeure toutefois efficace et divertissante et c'est tout ce que bien souvent l'on demande à un blockbuster hollywoodien! Niveau rythme, pas de fausse note non plus : aucun temps mort n'est à signaler, l'action sachant se montrer quand il le faut et les séquences plus calmes servant de pauses avant une nouvelle attaque de bestioles sont les bienvenues pour en connaitre un peu plus sur chacun de nos personnages (notamment sur la tension qui va crescendo entre l'équipage du bateau et le braconnier qui se montre de plus en plus envahissant sur le navire). Notons également une introduction fort alléchante mettant en scène ce cher Danny Trejo ("une nuit en enfer", "desperado", "le jaguar", "les ailes de l'enfer", "the devil's rejects"…) aux prises avec ce que l'on pense bien-entendu être notre mystérieux anaconda.
Comme tout bon film de Los Angeles qui se respecte, l'action est bien maintenue et nous livre des attaques d'animaux en tout genre (guêpe, phacochère, serpents) et des scènes de combats sur le pont du bateau menées tambours battants par nos deux costauds Jon Voight et Ice Cube.
La scène finale s'avère également très dynamique et termine le film de Luis Llosa sur une bonne note.

Parlons à présent de l'aspect visuel de "anaconda". Comme vous vous en doutez certainement, exit le bruit des pots d'échappement, des sirènes de police et autres joyeusetés qui reflètent l'urbanisme et la mondialisation. Bienvenue en Amazonie : ses fleuves et leurs affluents, ses rivières, ses arbres humides à perte de vue, ses marécages, ses animaux sauvages… Comme bon nombre de films à l'esprit très jungle (les films de cannibales ou tout simplement les films d'aventure comme "à la poursuite du diamant vert" ou le magnifique "la forêt d'émeraudes"), nous avons droit à des paysages de toute beauté, mêlant adroitement les éléments naturels pour donner vie à des cadres remarquables comme celui de la petite cascade (ou encore cette sorte de crique où jaillissent de l'eau des arbres par centaines et où nos amis découvrent le bateau qui s'est fait attaqué lors de la scène d'introduction du film).

Bien entendu, que serait un film de serpents sans ses reptiles rampants? Et là encore c'est un sans faute de la part de notre réalisateur. Le serpent est impressionnant tout en gardant des dimensions assez raisonnables (nous n'avons pas droit à un truc de 5m de diamètre comme certains films nous en font part). Vif, rusé et en proie à un appétit féroce, notre anaconda est un redoutable adversaire pour nos amis qui ne s'attendaient certainement pas à rencontrer une bête de cette taille. L'équipe des effets visuels à fait du très bon travail sur l'aspect physique du serpent et sur sa façon de se mouvoir : d'ailleurs, on notera cette excellente séquence dans le combat final où l'anaconda poursuit notre pauvre Jennifer Lopez tout en nous mettant dans la peau de l'animal (la caméra ondule tout en s'inclinant, on se croirait réellement dans la peau du serpent).
Les attaques du serpent sont bien rendues à l'écran et sont assez nombreuses tout au long du film. Même si celles-ci se finissent toujours de la même façon (le serpent enroule sa queue autour du corps de sa victime pour le comprimer), on prend toujours un plaisir sadique à voir la victime souffrir sous la puissance du reptile (notamment ce passage où le matelot Matéo est crispé par la peur et la douleur face à notre prédateur). Par ailleurs, le réalisateur n'hésite pas à mettre un peu de piment pour éviter de copier-coller chaque scène d'attaque du serpent : on retiendra particulièrement cette scène où l'anaconda dégurgite sa victime (rongée par les enzymes stomacales) qu'il avait, quelques secondes auparavant, avalée lentement de la tête aux pieds! (d'ailleurs, cette séquence est montrée de l'intérieur de la bête pour rendre la chose un peu moins ordinaire).



Enfin, finissons comme il se doit par les effets sonores et la musique du film. Film de jungle oblige, nous avons droit à une ambiance typique de ces grands espaces verts qui s'étendent à perte de vue : cris d'animaux (singes en particulier), sifflements d'oiseaux, bruits de l'eau et du moteur du bateau, bruit du vent contre les feuilles des arbres… A cela s'ajoute une musique composée par Randy edelman ("sos fantômes 2", "beethoven", "dragon, l'histoire de Bruce Lee", "the mask", "mon voisin le tueur", "la momie : la tombe de l'empereur dragon"…) et qui s'avère assez variée, mêlant symphonies de violons, tambours et flûtes de paon : tous les éléments sont donc là pour recréer cette ambiance amazonienne.
Ice Cube profitera par ailleurs d'une séquence de détente pour nos amis sur le pont du bateau pour nous passer un morceau de rap confectionné spécialement pour le film et qui tranche radicalement avec le reste des musiques du film.

Au final, "anaconda" est une bonne surprise, certes très hollywoodienne mais ô combien divertissante. Un serpent bien réalisé et non avare en termes d'attaques, un casting alléchant et bien orchestré, des paysages de toute beauté… Que demander de plus pour passer une agréable soirée sans prise de tête?








Du même réalisateur :