RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(1 vote)
Le docteur Conrad Jekyll se rend au chevet du docteur Orloff pour obtenir une information capitale sur ses recherches. En effet, Jekyll tente de donner la vie à un être inanimé. Grâce aux informations d'Orloff, son expérience réussit. La créature n'est autre que le jeune frère de Jekyll, mort il y a quelques temps. Jekyll va se servir de sa créature pour assassiner des danseuses de cabaret avec lesquelles il a eu des liaisons. L'arrivée de sa nièce Melissa au château va perturber ses projets et mettre à jour un terrible secret...



Encore un film en noir et blanc pour Franco, qui prouve à nouveau à ses detracteurs qu'il possède d'indéniables qualités en tant que réalisateur.

"Les Maîtresses du Docteur Jekyll" n'est pas une variation du mythe comme le titre français le laisse entendre. D'ailleurs, dans la version originale, jekyll s'appelle Fisherman. On serait plus dans la veine "Frankenstein", le savant essayant de donner la vie à un mort. Une fois revenu à la vie grâce à des ultra-sons, la créature, au visage qui commence à se décomposer, à tout du zombie. Démarche lente, teint blafard, yeux exhorbités. Jekyll contrôle son frère mort-vivant et l'envoie donc tuer ses maîtresses, danseuses de cabaret.



Des scènes de cabaret, nous en aurons donc, avec une séquence de strip-tease d'un érotisme proche du zéro, et des séquences chantées. Ces scènes assez nombreuses ralentissent le rythme du film, qui est déjà lent. Les meurtres sont également répétitifs puisque le zombie se contente de les étrangler de ses mains puissantes. L'érotisme, discret, a été demandé par la firme Eurociné à Franco afin "d'épicer" un peu le film. Nous verrons donc la poitrine de quelques danseuses. Pas plus.



L'arrivée de Melissa nous permet d'en savoir plus sur Jekyll et de comprendre qu'un terrible secret de famille se cache dans les murs du château. Le spectateur attend avec impatience le moment où Melissa va se retrouver nez à nez avec son père zombifié.

La réalisation de Franco tient la route malgré la multiplication des séquences de cabaret. Il nous livre une bonne intrigue policière teintée de fantastique et d'épouvante. Certaines scènes sont très belles, comme la scène du cimetière où la créature regarde sa tombe, ou lorsqu'elle porte une victime dans ses bras pour aller la jeter dans le canal, avec un très beau noir et blanc.



Pour ceux qui avaient apprécié "L'horrible docteur Orlof", ce film leur plaira sans aucun doute car ils en retrouveront l'ambiance même si le traitement est différent. D'une durée courte (83 minutes), "Les Maîtresses du Dr. Jekyll" constitue un spectacle divertissant mais qui aurait gagné à être plus rythmé.