RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.5
(8 votes)
Bart Hughes est un cadre dynamique et ambitieux, un maniaque de l'ordre et de la propreté comme du parfait déroulement de sa vie. Un important dossier lui met la pression à son travail et un intrus inattendu dans sa maison va mesurer ses forces et son intelligence aux siennes, détruisant tout ce qui tient son univers debout.



Ce petit film d'horreur plutôt efficace met en scène l'intrusion de l'inconnu dans une vie ordinaire et réglée comme du papier à musique. Bart est obligé d'y faire face et sera forcé de diriger son obsession personnelle intérieure vers l'extérieur afin de débarrasser sa vie de cette invasion. Ce n'est pas un film d'action non-stop, mais une excellente incursion dans le mental de Bart. La destruction de son univers est intelligemment mise en scène grâce aux prises de vue dominées par des plans serrés et des point de vue subjectifs. On réussit à entrer dans sa tête, à ressentir sa frustration initiale et enfin son désir tout-puissant d'en finir avec l'ennemi.

Le rat est aperçu très tôt dans le film (à 10 minutes) et pour les phobiques (dont je ne fais pas partie), ce film doit être un véritable calvaire avec tous ces petits bruits menaçants, les gros plans de son anatomie peu attirante et sa destruction silencieuse et imparable de l'appartement de Bart. Les rats sont majoritairement filmés en très gros plans, sans doute pour leur donner une taille plus imposante à l'image. Par moments, les différences entre les animaux utilisés se voient inévitablement, mais le suspense fonctionne assez bien pour qu'on pardonne ces petites erreurs.

Au fur et à mesure de ce duel à priori inégal, la réalisation devient plus nerveuse et mouvementée. La musique est discrète mais angoissante à souhait, montant en volume lorsque la tension augmente. Et le parti-pris de garder la lumière à un minimum et de faire se dérouler une majeure partie du film dans le noir rend cette histoire peu crédible dans un monde réel d'autant plus plausible et effrayante.

Peter Weller (Robocop) est admirable dans ce rôle de cadre propre sur lui qui se transforme peu à peu en un Rambo de banlieue prêt à détruire sa propre maison pour retrouver la bestiole. Mais qui est le véritable intrus ici ? A ce propos, une belle métaphore est faite avec une magnifique maquette de la maison construite par Bart, et dans laquelle sa main sera prise dans le piège à rat que le monstre a déplacé. L'intelligence de l'animal (réelle ou non) est bien sûr renforcée par l'impuissance de Bart à le piéger. Sa mission devient plus importante que tout le reste, mettant son travail si important au départ à l'arrière-plan, voire même complètement occulté par cette nouvelle obsession.

Au final, un film à la trame classique (homme contre monstre envahissant) mais évoluant dans un climat claustrophobique, nous servant quelques scènes choc assez mémorables.








Du même réalisateur :