RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.8
(4 votes)
Roger, le sauveur body-buildé de Tromaville dans le précédent épisode, est ici confronté à un nouveau problème. Alors qu'un écureuil mutant a rasé le lycée et la centrale, sa fiancée sub-humanoïde a accouché de jumeaux, Adlai et Dick (tout deux joués par Brick Bronsky). L'un est passionné par la nature au contraire de l'autre qui hait tout. En effet, alors qu'Adlai grandissait en paix avec ses deux parents, Dick, enlevé et éduqué par d'atroces bandits, était destiné à un avenir de super vilain. Aidés par le professeur Holt (madame chignon), cette mafia va faire régner la terreur sur le campus. Alors que la fête de fin d'année se prépare, ils complotent contre la tranquillité de Tromaville...



Troma se fonde sur trois éléments : les femmes, le sang et l'humour… Ici les deux derniers ingrédients sont peu présents, la farce étant plutôt lourde à digérer. En revanche les seins sont biens présents, et défilent par paires ! En effet Class of… III mise tout sur les corps des actrices qui animent le film. Tout est prétexte à faire défiler des attributs féminins, de préférence dénudés.



Si le premier de la série regorgeait de qualités, les deux volets suivants sont foncièrement mauvais. C'est du Troma, alors le spectateur sait à quoi s'attendre : un bon gros nanar ! Mais là, ce n'est pas le cas, l'humour est lourdingue et l'action répétitive à souhait. Certains gags sont quand même efficaces et l'aspect ultra fauché donne un aspect attrayant, cela mis à part, ne regardez ce dernier volet de la trilogie que si vous êtes un inconditionnel de "Class of Nuke'em High 2". Sinon, oubliez-le, même s'il est très légèrement supérieur à son aîné, il lui ressemble en tous (mauvais) points.



Et ce n'est pas la performance de Brick Bronsky qui rattrapera le film. Mais où Troma est-elle allée chercher cet ahuri ? Son jeu d'acteur est pire que mauvais, et encore, si l'on garde à l'esprit qu'il s'agit d'un métrage estampillé "Toxic Avenger" Les trucages pourris, l'écureuil mutant ainsi que le total capharnaüm sont de retour. Certes, cet excès de n'importe quoi plaira aux cinéphiles amoureux de Troma (et sûrement aux fans de Van Damme !), tout en les décevant un peu. Au bout de 10 minutes le film ennuie, particulièrement pour qui a vu le II. Pour les autres ce ne sera qu'un film ennuyeux enfilant les gags vaseux et les paires de fesses/seins comme des perles.



Dommage pour un Troma, le film est loin de combler toutes les attentes, concentrant toute son énergie sur le seul aspect "tromettes", reléguant le gore au second plan. Reste un joyeux désordre en guise d'introduction, et cet écureuil mutant, décidément plein de charme !








Du même réalisateur :