RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(22 votes)
Carol Anne est confiée à sa tante et à son oncle, les Gardner, qui habitent dans un building. A l'école, la fillette est la proie des quolibets de ces petits camarades suite à ses expériences avec les esprits. Ceux-ci, toujours emmenés par le révérend Kane, la retrouvent, espérant bien être conduits vers la lumière. La terreur s'abat sur l'immeuble.



Au tout début, il y a eut "Poltergeist" de Tobe Hooper, qui s'inscrit directement parmi les classiques de la maison hantée. Un film qui démontre que bien avant Night Shyamalan et son cinéma d'esbroufe, les fantômes avaient emménagé dans les banlieues tranquilles de la middle class. Ensuite, vint un "Poltergeist 2" rongé à l'excès par une morale religieuse et familiale.
Autant dire qu'après la première suite, toutes les craintes étaient permises. Toutes les conditions étaient réunies pour faire de ce film un hymne à l'amour de la famille qui triomphe de tout. Certes, les bons sentiments ne sont pas entièrement évacués, mais grâce au talent du réalisateur, POLTERGEIST 3 se révèle une séquelle plus que fréquentable. Gary Sherman s'y connaît bien dans l'art de provoquer l'angoisse ("Le métro de la mort", "Réincarnations"). En tête d'affiche, on retrouve des comédiens confirmés : Tom Skerrit (le capitaine Dallas dans "Alien") et Nancy Allen ("Carrie", "Robocop"). L'action change de lieu cette fois, et l'on quitte les quartiers tranquilles des banlieues pour un grand building.
La peur progresse au fur et à mesure que les événements étranges se produisent : la température de l'immeuble qui se refroidit, Carol Anne qui recommence à voir Kane… Celui-ci se rappelle d'ailleurs au bon souvenir de la petite fille à cause de l'intervention du Dr Seaton qui tente de démontrer que Carol Anne est en fait la cause de tels phénomènes. Le Dr Seaton représentant le rationalisme contre Tangina, qui défend l'existence du paranormal. A la famille de la fillette de savoir à qui se fier.
Dans la haute tour, le prêcheur Kane se manifeste par l'intermédiaire des miroirs permettant un passage entre deux mondes. Seule, Carol Anne semble sentir sa présence. Ainsi, que grâce à ses pouvoirs, la "petite vieille" Tangina (formidable Zelda Rubinstein) qui va même jusqu'à "se sacrifier une première fois", son corps servant de réceptacle un moment aux méfaits de Kane. Les apparences y sont parfois trompeuses: flaque d'eau dans le garage, piscine… A un moment, il sera bien difficile de savoir pour le spectateur si les personnages sont ceux qu'ils paraissent être. Un formidable jeu d'illusions dans un environnement urbain (le building) assez novateur pour être souligné.

Comme ses prédécesseurs, le troisième Poltergeist est entouré d'une réputation de film maudit. Je rappelle que Dominique Dunne qui jouait la sœur de Carol Anne dans le 1er film avait été assassiné par son ex petit ami jaloux.
Cette fois-ci, pendant le tournage, décès de la mère de Zelda Rubinstein, dont le rôle fût écourtée.
C'est durant le tournage qu'Heather O'Rourke tomba malade. Le film n'était pas encore terminé que, le 1er février 1988, c'est au tour de la jeune actrice (13 ans à peine) de mourir des suites d'une infection intestinale, diagnostiquée trop tard. "Poltergeist 3"' est dédié à sa mémoire.






Du même réalisateur :

METRO DE LA MORT-LE
REINCARNATIONS