RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.6
(20 votes)
Nicholas Van Orton est un richissime homme d'affaires qui semble n'avoir besoin de rien ni personne. Il déteste les surprises. Néanmoins, pour son anniversaire, son frère Conrad va lui en faire une qui consiste en un jeu qui l'entraînera dans un labyrinthe diabolique…



Sorti deux ans après "Seven", que le grand public considère comme LE chef-d'œuvre de David Fincher, ce thriller excellent a été bien malheureusement relégué aux oubliettes. Pourtant, il n'a rien à envier à son prédécesseur, même s'il évolue dans un registre sensiblement différent.

Nicholas Van Orton est hanté par le suicide de son père auquel il a été témoin enfant. Il a ensuite développé une peur obsessionnelle de l'attachement humain et s'est investi corps et âme dans son travail. Son mariage en a souffert à un tel point que son ex-femme ne l'appelle plus qu'une fois par an pour lui souhaiter un joyeux anniversaire. On devine aisément qu'il fait semblant d'être indifférent à la façon dont il refuse de faire face. Il est également incapable d'avouer ses propres faiblesses, mais sa personnalité se verra changée du tout au tout durant ce fameux jeu. En quoi consiste-t-il ? Eh bien, c'est au participant de le découvrir par lui-même. Et à cette fin, les organisateurs déploient des trésors d'imagination afin que ce jeu soit indissociable de la réalité. Tout est amené de façon si subtile et anodine que même le spectateur ne sait plus en qui ou en quoi avoir confiance dans ce film. Les organisateurs s'immiscent dans la vie de Nicholas à travers la rencontre d'inconnus, d'une valise qui refuse de s'ouvrir, d'indices laissés en pleine vue, des poursuites et des menaces sur sa vie jusqu'à le droguer et l'emmener au Mexique sans papiers ni rien pour prouver son identité. Et ce sera véritablement la fin pour Nicholas puisqu'il ne pourra plus se servir de son autorité naturelle afin de dominer son entourage.

Dans le rôle de Van Orton, Michael Douglas est parfait, reprenant un peu son personnage dans "Wall Street" mais en lui conférant une froideur et un détachement de la vie jusqu'à se demander si la mort n'est pas la seule rédemption possible pour lui. Il est complètement perdu au milieu de ce jeu psychologique particulièrement sadique en ce qu'il entraîne le participant au fond de lui-même afin de se découvrir et de se rendre compte de ce qui est important dans la vie.
Bien que ceci soit un film de commande, Fincher n'a rien laissé au hasard et sa perfection légendaire transparaît tout au long des images sublimes, et cette histoire s'avère finalement moins compliquée qu'elle n'y paraît.