RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 1
(3 votes)
Plusieurs couples décident de contacter un tour-opérateur afin de faire une visite guidée dans les Caraïbes, loin du stress citadin. Le bus va les mener jusqu'à un petit port où ils prendront le bateau en partance pour une petite île. Le guide a prévu pour le groupe, d'assister à une messe vaudou. Le maître de cérémonie va rentrer en transe et réveiller un mort… Le spectacle devient insupportable pour un des jeunes couples, qui part s'isoler. Pour les autres il ne s'agit que d'un vulgaire show. N'attendant pas les amoureux partis se faire des papouilles, le reste du groupe retourne vers le car. Là, pas de chauffeur, mais d'étranges traces rouges badigeonnent le bus. Dans l'incapacité de démarrer le bus, le guide va tenter d'aller téléphoner pour demander de l'aide. Lui aussi disparaît ! Le groupe va alors entreprendre une promenade vers une habitation, au beau milieu de la nuit. Une escapade qui va rapidement s'avérer dangereuse… Des zombies rodent dans la brousse.



Soyons clairs ! Ce film est une sombre merde.
Troma, c'est délicieux assaisonné d'humour déjanté, ou de gore gratuit, mais sans cela… c'est carrément insipide. Il s'agit en fait d'une sorte de film tournant autour du vaudou, mais qui ne fait ni peur, ni rire ni… Rien !
Une sorte de téléfilm des années 80, tout juste bon pour les deuxièmes parties de soirée de M6. Les acteurs ne sont pas bons, le réalisateur semble s'emmerder sec derrière sa caméra… Et le scénariste a du s'endormir sur sa machine à écrire. L'histoire s'avère tellement convenue et insignifiante que rien ne semble pouvoir rattraper Zombie Island Massacre.



De plus, ce n'est pas le retournement de situation final qui sauvera le film, au contraire. Le final ridicule achève de dissoudre la crédibilité déjà moindre du film. En outre le film est desservi par une photographie très sombre et de très mauvaise qualité, qui n'aurait même pas été acceptable pour un téléfilm.
Peut-être était-ce la mode au moment où Troma a acheté les droits du film, ce qui est peu probable, mais aujourd'hui, le film ne présente aucun intérêt… si ce n'est pour les nostalgiques. Toutefois une chose n'ennuie pas lors de la vision du film, c'est la poitrine de l'héroïne. Celle-ci se découvre deux fois dans le métrage… Un peu maigre comme prétexte pour regarder le film jusqu'au générique de fin.



Ce n'est même pas dommage tant le matériel d'origine est mauvais. La question est : "Pourquoi avoir acheté les droits de cette bobine ? Juste pour les seins de Rita Jenrette ?"

Un conseil : regardez la scène de douche en ouverture du métrage, et allez directement à la scène de la cérémonie vaudou. Si elle est mal filmée, elle reste assez divertissante et rythmée grâce à une musique exotique, composée majoritairement de percussions.
Cela ne suffit pourtant pas à justifier la vision de Zombie Island Massacre.



Bien ! Maintenant allez donc vous coucher, ou lisez un bon bouquin…








Du même réalisateur :