RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(29 votes)
Suite à la mort accidentelle de leur enfant, Cynthia est emmenée en vacances par son petit ami, Jeff. Accompagnés par des amis, ils voyagent à bord d'un petit avion mais à cause d'un incident technique, ils sont contraints de se poser sur une île d'apparence déserte. Mais l'endroit s'avère habité par une famille particulière pour qui le temps est resté bloqué en 1920. Le vernis amical de leur accueil craque peu à peu et finit par livrer le plus terrible des secrets de famille…



A première vue, ce film ressemble à n'importe quel slasher convenu, mais il n'en est rien. Tout comme l'amabilité de la famille habitant cette île, le début un peu long et fait de clichés n'est qu'une façade. Mais dès que la bande de jeunes rencontre Ma et Pa et leurs trois rejetons, un climat étrange s'installe et on se dit qu'on laissera le bouton avance rapide tranquille. Et on fait bien parce que nous plongeons ensuite dans l'ambiance oppressante qui imprègne ces lieux depuis des années en se demandant si elle n'émane pas de la famille elle-même, ayant été absorbée par les murs pour ensuite contaminer tous ceux qui s'en approchent, voire même les attirer.

Ma et Pa ont trois enfants adultes, Fanny, Teddy et Woody. Ceux-ci se comportent comme les enfants que leurs parents voient encore en eux, alors qu'ils ont la cinquantaine facile. Fanny s'habille avec des petites robes roses et porte des couettes, Woody joue à la balançoire et Teddy entraîne tout le monde dans un jeu d'indiens et de cow-boys qui, comme les autres amusements, n'est qu'un prétexte pour laisser libre cours à l'adulte refoulé qui sommeille en eux, et qui se manifeste par des pulsions meurtrières.



Petit à petit, l'histoire de cette étrange famille se dévoile et on réalise que Fanny est loin d'être aussi simple qu'elle en donne l'air, ayant déjà séduit ses deux frères, et on se demande alors raisonnablement ce qui a pu se passer avec son père. Ce dernier est interprété avec brio par un Rod Steiger des plus inquiétants, dont toute la perversité est démontrée lors d'une scène surréaliste. Woody viole une des filles de la bande et sera puni sévèrement par son père pour cette agression s'étant déroulée hors de la famille… Durant cette scène qui met extrêmement mal à l'aise, on remarque que Cynthia se transforme peu à peu. Elle n'était déjà pas en état de faire face à la mort de son enfant, alors toute cette violence n'arrange en rien les choses. Elle se rapproche doucement de Fanny qui lui a déjà présenté son "bébé" à elle (que je préfère vous laisser découvrir par vous-mêmes…) et semblera aux anges d'avoir trouvé une nouvelle copine. Le climax sera atteint le jour où ils fêteront les "12 ans" de Fanny et que Cynthia sera présentée avec une surprise des plus inattendues…



La dualité des personnages des enfants-adultes est le plus présent chez Fanny dont le côté mère castratrice domine complètement ses frères. On se demande même par moments si elle n'aurait pas remplacé sa propre mère sinon physiquement, du moins par sa présence. Quelques allusions à peine voilées de Pa sont particulièrement convaincantes en ce sens et l'origine du "bébé" de Fanny prend une toute autre signification. Et lorsque Pa avoue à ses hôtes qu'il garde sa famille isolée ici afin de les protéger du monde extérieur, la menace sous-jacente qui se tenait dans l'ombre jusque là devient tout à coup effroyablement réelle.



Cette histoire d'une famille de tueurs dégénérés est particulièrement bien racontée, même si l'hémoglobine ne coule pas à flots. Le film est vendu en kiosque et si vous tombez dessus, n'hésitez surtout pas à vous l'offrir.