RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.2
(6 votes)
Le baron Frankenstein, déviant sexuel halluciné souhaitant dépasser les réalisations de la nature, a réussi à construire un zombie femelle, et ne cherche plus qu'une tête pour terminer son zombie mâle. Il veut en effet les faire copuler afin de donner au monde une race nouvelle et parfaite. Assisté de son fidèle Otto, c'est dans un bordel qu'il trouvera sa prochaine victime. Cette dernière, un benêt désireux d'être moine, se trouve d'ailleurs être le meilleur ami de celui que la femme/sœur du baron prend pour amant et valet. Et tandis que les enfants du couple Frankenstein les espionnent, il se pourrait bien que tout ce beau monde courre à sa ruine…



Il arrive qu'il faille se mordre les doigts pour ne pas faire défiler un film en avance rapide. C'est le cas avec Chair pour Frankenstein… Que dire ? Qu'à l'époque, ce gros navet avait scandalisé, et que René Château sait comment refourguer sa camelote: en reproduisant sur l'édition Dvd l'avertissement du Ministère des Affaires Culturelles de l'époque. Qu'Andy Warhol ait participé à la production de ce film n'est également guère qu'un argument de vente... Un argument d'ailleurs repris par le Ministère, mais sous le titre erroné de "réalisateur", ce qui prouve à quel point on peut être sérieux en haut-lieu… Or, soyons clair : en fait de gore, rien qui puisse vraiment écoeurer ; il y a eu bien pire depuis, et les effets sont loin d'être convaincants ; et en fait d'érotisme, ce n'est même pas digne d'une deuxième partie de soirée le dimanche sur M6 ! Dialogues d'un ridicule achevé, oscillant entre ceux d'un Walt Disney et ceux d'une quelconque troupe de théâtreux ; jeu d'acteur aussi expressif qu'une tranche de foie de veau… Même Udo Kier se contente de rouler des yeux et de proférer les grosses bêtises qu'on lui a mises en bouche. Les situations prétendant à l'effet-choc n'atteignent systématiquement que le grotesque le plus risible, et on frémit quand on pense qu'il a fallu trois personnes pour pondre un tel scénario, tellement ennuyeux… La réalisation se tient et les décors baroques sont bien faits, c'est tout ce que l'on peut sauver d'une telle catastrophe. Alors, oui, on voit du sang, quelques tripes, de la sexualité déviante… Mais à ce tarif-là, franchement! Nullissime.








Du même réalisateur :

DU SANG POUR DRACULA