RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.4
(6 votes)
Le plan d'évasion idéal pour deux jeunes petits voyous insolents… Ils réussissent à s'échapper de prison et courent dans la forêt pour échapper à deux policiers, lancés à leurs trousses. Ils courent jusqu'à un point de rendez-vous que leur ont fixé une bande de Yakusa particulièrement dérangés. Mais les malfrats tardent à venir… et quand ceux-ci arrivent enfin, ils ne semble pas se soucier de rapatrier les deux jeunes gens. Ils leur ont prévu un autre sort, impliquant la présence d'un otage : une mystérieuse jeune fille. Les deux voyous tentant de se défendre, et de sauver la belle, déclenchent une fusillade. L'un d'entre eux est tués. Mais, surprise celui se relève sous l'apparence d'un zombie, et attaque sauvagement tout ce qui passe à sa portée. Un deuxième cadavre, un deuxième qui se relève, possédé par l'esprit de la forêt. Le prisonnier KSC2-303 ayant survécu à la hargne des Yakusa, profite de la confusion pour s'enfuir dans la forêt avec l'otage. Si la forêt semble hantée, et ranime tout les trépassés, c'est parce qu'elle constitue l'un des 666 portail vers l'autre monde… Pas de chance, c'est là que les Yakusa avaient l'habitude d'enterrer leurs victimes...



Voilà un film qu'il est difficile de chroniquer. Une histoire quasi inexistante, le film peut se résumer en quatre mots : Samouraïs, Zombies, Gore et Humour !
D'ailleurs l'humour et le gore font très bon ménage. Des scènes sanglantes qui mettent en scènes des personnages frimeurs au possible et tous aussi crétins les uns que les autres. De quoi rire pendant un bon moment. C'est d'ailleurs là la trame essentielle du film, le fil d'Ariane. C'est ce qui en fait toute sa saveur !

Les protagonistes sont déjantés au possible. Ils ont tous un personnalité particulière, mais jamais nuancée. Ce sont des caricatures poussées dans leurs retranchements les plus extrêmes. Délicieux ! Les personnages se suffisent à eux-même et nourrissent le film d'une énergie spectaculaire, épaulés par une réalisation qui ajoute en puissance. Certains plans gores faits dans le feu de l'action sont absolument géniaux. A l'image du film de Sam Raimi, dont on ne peut éviter la comparaison (une forêt hanté, des zombies, de l'humour…), la caméra virevolte dans tout les sens. Et va jusqu'à donner un aspect particulièrement réussi aux scènes d'action. Ce qui est heureux puisqu'elles constituent 95% du film !
De fait la caméra sauvagement maniée fait oublier au spectateur que ce qu'il regarde est un film totalement fauché, avec des acteurs quasi amateurs et sans chorégraphe expérimenté pour les scènes de combat. Le résultat est tout bonnement bluffant… A condition d'aimer les métrages un tant soit peu bourrins. Car Ryuhei Kitamura ne fait pas dans la dentelle, et ce qui se présente comme un atout de taille pour certains deviendra un handicap pour ceux qui n'aime pas particulièrement les films d'action.

Mais les fans de bobines couillues seront servis, de la dixième minute au générique de fin, ce n'est que fusillade, sabre et poings ! Versus sera donc du pain béni pour ceux là. Si le film n'a rien de bien innovant, il n'en demeure pas moins jouissif, et il serait dommage de passer à côté.