RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Aldo Lado

Scénariste
Roberto Infascelli

Date de sortie
1975

Genre
Rape and revenge

Tagline


Cast
Flavio Bucci
Macha Meril
Marina Berti
Franco Fabrizi


Pays
Italie

Production


Musique
Ennio Morricone

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3.8
(4 votes)
Deux jeunes filles, Carole et Lysa, rendent visite aux parents de l'une d'elles pour Noël. Elle prennent le train direction Milan. C'est dans ce train, qu'elles feront la rencontre de deux voyous et d'une jeune femme offrant ses charmes pour son plaisir. Ce trio s'avèrera malsain et sadique. Ils feront subir aux deux jeunes filles, des viols et des humiliations durant ce qui sera leur ultime voyage.



En calquant lamentablement "The last house on the left" sorti en 1972, "La bête tue de sang froid" n'est qu'un vulgaire plagiat.

Que dire sur ce calque sans honte de l'un des meilleurs rape and revenge réalisé par Wes Craven ? Et bien, pas grand-chose de flatteur pour le réalisateur Aldo Lado. A part, il faut l'avouer, une partie Rape bien ficelée. Mais chaque chose en son temps. Obligé de comparer ces deux films pour évaluer ce rape and revenge.
Tout d'abord, les personnages. La même "équipe" de tueurs dans les deux films : une femme sadique, et deux hommes (à noter, l'acteur Flavio Bucci qui joua le personnage de Daniel deux ans après dans "Suspiria" de Dario Argento, et l'actrice Macha Méril qui joua le personnage d'Helga Ullman, dans "Les frissons de l'angoisse" du même réalisateur).
Le même nombre de victimes : Deux jeunes filles.
Ensuite, le même genre d'indice : Une cravate pour le film de Lado, et un pendentif pour le film de Craven.
Enfin, les même auteurs de la vengeance : les parents.

Ce qui diffère maintenant ? Et bien, le lieu et la qualité du film. Lado choisit un train de nuit comme lieu du crime, et Craven choisit la forêt. Au final, les deux parties "Rape" se différencient par les idées (Lado choisit un dépucelage avec un outil peu approprié, et Craven un viol simple mais cruel dans sa lenteur). Mais les différences s'arrêtent là.
Les deux parties "Rape" se valent dans la cruauté gratuite (seule qualité du film de Lado). Le film perd sa force lors de la partie "revenge". Alors que Craven joue les Mc Giver avec le personnage du père, Lado lui choisit une vengeance plus que gentille : un coup de lance dans le dos pour l'un, une course poursuite avec un fusil pour l'autre, et laisse vivre la femme. La mère ne se venge même pas, elle ne fait que pleurer, paralysée par la tristesse.
La partie "rape" laissait pourtant croire à un bon film (ou plutôt un bon remake de Last house…) mais non, il tombe vite à l'eau à cause de la deuxième partie du film. Dommage !
Les acteurs, tels que Macha Méril aurait pu relever totalement le film, mais quand le scénario ne va pas, rien ne va !

La partie "Rape" est filmée de nuit, ce qui renforce le côté malsain. Rien d'innovant dans la façon de filmer, plutôt linéaire. La partie "revenge" étant le jour, à la fois dans la maison des parents, et sur une sorte de terrain en côte, on assiste à une petite course poursuite, filmée de loin.

Pour ceux qui n'auraient pas vu The last house on the left, ceux-ci seront peut être enchantés par La bête tue de sang froid, mais sans plus. Il reste un vulgaire plagiat, sans aucune idée personnelle du réalisateur, sauf peut être une partie "Rape" cruelle, sombre, et malsaine. Véritablement la seule qualité du film.

Le film sera renommé plus tard "Train d'enfer".