RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Mary Lambert

Scénariste
Stephen King

Date de sortie
1988

Genre
zombies

Tagline


Cast
Dale Midkiff
Denise crosby
Brad Grennquist
Michael Lombard
Miko Hughes
Blaze Berdahl


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Elliot Goldenthal

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 5
(32 votes)
La famille Creed s'installe dans une adorable maison se situant au bord d'une autoroute très dangereuse. Leur voisin, Jud crandall, les accueille à bras ouverts. Non loin de leur maison se trouve un cimetière pour animaux plutôt inquiètant. Mais au-delà, il y a encore pire : un cimetière indien à la terre acide qui a le pouvoir de ressusciter les morts. Pour les Creed, le cauchemar va commencer avec la mort de leur petit chat...



*** ATTENTION SPOILERS ***
Le début des années 80 fut marqué par l'avalanche d'adaptations des romans de Stephen King, de plus en plus populaires. On passe de la série B sympa comme "Cat's eyes", "Firestarter" ou "Les vampires de Salem" à de très grands films comme "Shining", "Carrie", "Christine" ou "Dead Zone". Cette époque semblait révolue mais de nouvelles adaptations déboulent au début des années 90 : "CA", "Misery", "La nuit déchirée"… Cependant les adaptations sont pour la plupart en direct to video, et utilisent surtout Stephen King comme une sorte de label, car souvent assez moyennes. La trilogie des "Something they come back", "La créature du cimetière" ou encore "Contretemps" le prouvent. Mais avec "Simetierre", on retrouve cette puissance qui fait le charme d'une adaptation de King. Une puissance qu'on trouve surtout dans des classiques comme "Shining" ou "Dead zone".



Ici on est très loin des zombies de Fulci ou de Romero, et aucune note humoristique n'est apportée au film. "Simetierre" n'a rien d'une simple série B du samedi soir comme le sont certaines adaptations en direct to video, non. Mary Lambert respecte le roman de Stephen King, et réussit à le rendre encore plus terrifiant que le pavé du maître. Car "Simetierre" est empreint d'un ton morbide qui ne lâche pas le spectateur du début jusqu'à la fin, un ton très dérangeant qui ne fait que devenir de plus en plus malsain au fil de l'histoire.



Une petite famille modèle devient la victime d'un cimetière indien, camouflé par un petit cimetière d'animaux cachant par un mur de branches l'endroit maudit. La famille Creed respire pourtant la joie de vivre au départ, aucun élément ne semble être à part dans leur foyer. La présence de leurs deux charmants bambins, une petit fille et un gosse de 2 ans, ne fait qu'accroître le sentiment d'innocence qui émane d'eux. Mais dès leur arrivée, quelque chose semble clocher et c'est la chute de la petite Ellie et quelques pas de trop du petit Cage vers la route qui deviennent une sorte d'avertissement pour le couple. Et lorsque Louis, le père de famille, se retrouve à l'université avec un adolescent en piteux état, la menace ne fait que grandir. La mort de Churchill, le petit chat de Elsa, sera l'occasion pour le vieux Judd, un bien sympathique voisin, de montrer à Louis les pouvoirs du cimetière Mic-Mac. Un bien curieux endroit capable de ressusciter les morts, mais non sans risque. Des morts hargneux, sales, fétides, sentant à plein nez la terre remuée, tourmentant ceux qui les aimaient avant leur décès. Outre cette atmosphère glauque, c'est la réaction parfaitement cohérente des personnages et l'hécatombe de leur état psychologique qui fait le plus mal, surtout que Mary Lambert ose montrer la mort d'un enfant et les graves conséquences qui vont suivrent.



Louis ne sait plus ce qu'il fait lorsqu'il va enterrer le cadavre de son petit Cage dans le cimetière Mic-Mac, et découvrira l'affreux résultat, transformant un simple bambin de 2 ans en terrible tueur d'outre-tombe. Les morts ne sont pas seulement présents sous la forme de ces cruels revenants mais aussi sous forme de spectres tentant d'avertir tant bien que mal Louis et son épouse. Si Louis rencontrera à plusieurs reprises l'inquiétant Victor Pascow, qu'il a vu mourir péniblement sous ses yeux, Rachel se fait littéralement harceler par un obscur fantôme du passé, sa propre sœur Zelda, atteinte d'une maladie grave l'ayant fait mourir dans d'atroces conditions. Ce qui donne des scènes d'apparitions traumatisantes, enfin surtout en ce qui concerne la squelettique Zelda, qui donne toujours autant froid dans le dos. Outre quelques flash-backs eux aussi très inquiétants et des maquillages bien évidemment réussis, il faut savoir que Mary Lambert a coupé certains plans trop violents et une scène où Rachel, transformée en morte-vivante, appelle sa fille se trouvant à Chicago. Des coupes effectuées pour que le film ne rafle pas une classification X. Grande réussite du cinéma d'horreur, "Simetierre" est non seulement une excellente adaptation de Stephen King mais surtout l'un des films d'horreur les plus terrifiants des années 90.

"Simetierre" recevra le Prix du public à Avoriaz en 1990.

Miko Hughes, le très jeune acteur jouant Cage, jouera le rôle du fils de Heather Langekamp dans "Freddy sort de la nuit" et on l'apercevra également dans "Spawn". Il faut noter que c'est une marionnette qui prend sa place lorsqu'il tient un couteau dans les mains.

Stephen King fait une apparition dans le film en tant que prêtre lors d'un enterrement.






Du même réalisateur :

URBAN LEGEND 3 : BLOODY MARY