RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Brian Yuzna

Scénariste
Rick Fry & Woody Keith

Date de sortie
1989

Genre
monstres

Tagline


Cast
Evan Richards
Ben Meyerson
Connie Danese & Ben Slack


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Phil Davies & Mark Ryder

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(9 votes)
Bill Whitney apprend par David que ses parents se livrent à des orgies. Peu après, David meurt dans un accident. Lors d'une réception, Bill rencontre un étudiant prétendant avoir tué David et tombe amoureux de Clarissa. Il va mener son enquête ...



Producteur d'origine, Yuzna s'est occupé à ses débuts de plusieurs films dont le très culte " Re-Animator " de Stuart Gordon. En grand passionné il se lance dans la réalisation avec "Society".
Ce premier film comporte son lot de qualités et de défauts. A commencer par un rythme assez môllasson, un manque de moyen assez évident (d'où un esthétisme assez moche et un format d'image en 4/3 plus proche d'un téléfilm que d'un film), quelques lacunes scénaristiques et de mise en scène, et des acteurs pour la plupart sans grande profondeur.



Malgré tout Yuzna propose une histoire réfléchie et une critique évidente à l'égard des hautes classes sociales, ce qui forcément attire l'attention. Baignant son film dans une mixture assez étrange, entre délire assumé (tout ce qui s'apparente à la sexualité) et sitcom ringarde (" Bervely Hills " en tête puisque le film prend place ici), Yuzna propose quelque chose d'intéressant qui ne laisse pas le spectateur indifférent. Outre les visions du pauvre Bill qui ne comprend pas ce qui lui arrive et toute cette manigance autour de lui, Yuzna se sert de ce personnage enfermé pour critiquer ouvertement la classe bourgeoise et les dirigeants de ce monde. En résulte cette opposition entre la personne naissant dans un milieu modeste et celle dans un milieu aisé, ces derniers n'acceptant pas les premiers. Bill ne fait pas partie de cette classe, il ne peut donc en aucun cas faire partie de " la famille ", et par conséquent doit disparaître, ici dans le film se faire en quelque sorte manger par les riches.




Yuzna transforme ces riches en adeptes de partouzes des plus étranges puisque provoquant des fusions, des mélanges entre corps par le biais d'effets spéciaux particulièrement remarquables du japonais Screaming Mad George. La fin du métrage est donc très jouissive, offrant moult délires visuels des plus imaginatifs et des plus fous.




Bref, même si ce premier film comporte de nombreux défauts d'ordre technique, il comporte une satire sociale qui s'avère être réaliste (Yuzna maîtrise le sujet et a dû voir passer des situations de ce genre avec son métier haut-placé de producteur), et rien que pour ça, le film mérite d'être regardé.



4/6 - Anonymous