RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.7
(16 votes)
La vie dans la paisible ville de Berkeley en Australie est perturbée par des pluies de météorites, transformant les habitants en zombies. C'est le moment (coïncidence quand tu nous tiens) que choisit René, " Miss Pêche " de l'année, pour quitter la ville. Or, sur la route, elle croise des zombies qui l'obligent à se réfugier dans la ferme de Marion, considéré comme fou depuis qu'il a proclamé avoir été kidnappé par des extraterrestres. Ils sont rejoints par un jeune couple et deux policiers.



Que les personnes imperméables au second degré passent leur chemin. Pour leur premier film (qui a eut bien du mal à arriver sur nos écrans), les frangins Spierig frappent forts. Leurs références sont nombreuses : les films de Zombies de Romero et de Fulci, les westerns, des films de SF... Tout un tas de genres cinématographiques assez éloignés les uns des autres, le pari était fort risqué. Contre toutes attentes (j'étais assez peu optimiste), UNDEAD se révèle être une première œuvre fraîche et tonique.


Le film démarre sur les chapeaux de roues, annonçant la couleur avec un générique décalé et délibérément kitsch. Premier éclat de rire lorsqu'une vieille se prend un météorite en plein dans la tête. Ca n'arrête pas par la suite avec des phrases comiques et des personnages à côté de la plaque. Notamment, les deux policiers dépassés par les événements. Ce qui fait des héros de cette histoire le " fou " du village et la reine de beauté.


Les amateurs du genre seront ravis des nombreux clins d'oeil aux films de zombies et des débordements gores nombreux (corps coupés en deux, cervelle arraché de la tête, découpage en règles des zombies...). Au fur et à mesure que l'intrigue évolue, UNDEAD s'achemine vers le film de science-fiction avec l'intervention d'êtres venus d'ailleurs (dont les apparitions sont terrifiantes). A noter une allusion à la religion chrétienne, égratignée, lorsque plusieurs protagonistes se trouvent carrément "enlevés" dans un faisceau de lumière. Humour, jusqu'au bout. Quand l'on vous dit que le scénario part dans tout les sens.


Pourtant malgré ce second degré (3ème- 4ème...), la mise en scène des Spierig brothers est réellement excellente, arrivant à pallier le manque de moyens par un souci de réaliser un film réellement beau : par le choix des couleurs, des cadrages. De futurs grands réalisateurs sont nés.

Environ 600 litres de sang ont été utilisés.






Du même réalisateur :