RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.6
(25 votes)
Huit années se sont écoulées depuis que Chucky a été détruit, rongé par l'acide, dans l'usine de jouets " Brave gars ". Conscient que la population a oublié l'affaire, le directeur de l'usine décide de remettre sur le marché la dite poupée malgré les doutes d'un de ses conseillers. La production est alors immédiatement relancée, mais au cours du nettoyage de l'usine, les restes de Chucky qui gisaient à terre sont ramassés et jetés dans la cuve de fabrication. Or la pince du chariot élévateur transperce l'amas de cire, laissant ainsi le sang de Chucky s'échapper... Pour fêter l'événement, et afin de le remercier, ses collaborateurs lui offre le premier Brave gars sorti de l'usine. De retour chez lui, il se laisse aller à la détente et ne prête pas attention à la boite sur son canapé. Rapidement, des évènements étranges surviennent dans son appartement. Inquiet il inspecte son salon et glisse malencontreusement sur un tapis de billes, jetées par... Chucky ! Explosant la boîte qui le retenait prisonnier, celui-ci lui règle son compte illico presto. Objectif : retrouver Andy une bonne fois pour toute afin de changer de corps. Au même moment, Andy intègre tout juste le camp militaire de Kent, et fait la connaissance de Tyler, la plus jeune recrue de l'école...



Réalisé seulement un an après Chucky 2 " La poupée de sang ", Chucky 3 nous plonge cette fois-ci dans le milieu fermé et rigoureux de l'armée. Le décor ainsi planté, le film offre un champ d'action spectaculaire pour notre poupon maléfique.
Andy devenu adolescent goûte malgré lui aux joies de l'armée, suite à de nombreux échecs lors de ses placements en familles d'accueil. Le contraste est donc saisissant entre l'état d'esprit fragile du jeune garçon, et la dureté de l'embrigadement militaire. Et le jeune homme, de surcroît n'est pas très réceptif à l'ordre et le maintien.
Mais il n'est pas le seul : Chucky, la discipline, il ne connaît pas ! Sachant à présent qu'il ne pourra plus se changer dans le corps d'Andy, il s'en prend au plus jeune et lui propose une partie de " cache-cache de l'âme " (quel poète ce Chucky !)

On assiste dès lors à une première partie riches en portraits de personnages : un souffre douleur, une jeune fille courageuse et insolente, un tout jeune garçon naïf et affectueux, et le Lieutenant Colonel Shelton : brutal, violent et sadique. Tout laisse présager que le film risque de verser dans le règlement de comptes. Et on va être servi ! Chucky 3 nous propose l'épisode le plus sanglant et le plus élevé en nombre de meurtres. Jusque-là adepte du simple couteau, Chucky va élargir sa collection et découvrir les armes à feu pour notre plus grand plaisir : fusil, bombe... et une première : tuer sans les mains !

La seconde partie, que je situerais lorsque l'action se déroule hors du camp militaire, est un peu poussive. L'exercice de guerre prévu, façon ball-trap, aurait pu un peu plus inspirer le réalisateur ; même si celui-ci deviendra amusant grâce à Chucky qui n'a que faire de faire semblant : pourquoi jouer avec des balles de peintures lorsque l'on peut en mettre de vraies ? (Chucky en carabinier dans la salle d'armes). Pourtant les possibilités qu'offrent le campement de nuit et la forêt étaient propices à de meilleurs rebondissements et courses poursuites.

Toutefois la conclusion à la fête foraine dans le train fantôme est assez réussie et aboutie. On note une fois de plus l'humour décalé de Chucky avec quelques répliques cinglantes : " Rien de tel qu'une petite strangulation pour se faire une petite santé ", " Merde, j'aurai bien aimé faire la peau à ce porc " ou bien encore " Hé oui ! c'est toi que tu vois crever connard ! " pour ne citer que celles-ci. Originalité toujours dans sa façon très personnelle de jouer au yoyo, vider les ordures, ou bien encore sa séance chez le coiffeur...
Chucky est de retour et il n'est vraiment pas content !

Une dernière petite chose : ne ratez surtout pas l'introduction graphique du film, absolument magnifique...

Justin Whalin qui joue le rôle de Andy adolescent a été vu dans " Serial Mother " et " Donjons et Dragons ", entre autres.






Du même réalisateur :