RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Wong Ching Po & Lee Kung Lok

Scénariste
simon Lai

Date de sortie
2003

Genre
Horreur

Tagline


Cast
Liu Kai Chi
Lee Sze Chit
Pauline Sun
Jacob Mense
Hugo Ng...


Pays
Hong Kong

Production


Musique
Tommy Wai

Effets spéciaux



Cliquez pour noter..
Fu Bo (appelé respectueusement "Oncle Fu") est assistant à la morgue. Son travail consiste à disséquer et laver les cadavres puis à faire toute la petite besogne de la morgue, sous la charge du docteur Lee, scientifique plus haut placé. Dans cet univers baigné de blanc évoluent aussi des aides médicales et un stagiaire. Un chef cuisinier portugais prépare les ultimes soupers des condamnés à morts. Il écoute et écrit aussi, leurs confessions et leurs histoires, leurs craintes et leurs désespoirs. Enfin, un assassin des triades accompli sa sanglante tâche. Accompagné de ses acolytes, ils répandent le sang au nom d'une hypothétique vengeance. Trois personnes qui travaillent avec la mort, mais qui sans se rencontrer influent chacune sur le destin des autres...



Un film très poétique, tout en nuances, mais intimement lié avec la mort. En effet le film s'intéresse aux destins croisés de trois personnes, et de leurs rapports à la mort.
"Fu Bo" s'apparente sous nombre d'aspect à "In the mood for love". Seulement ici, ce n'est pas l'amour qui est le point central de la fable, mais la mort. Toutes les métaphores exprimées à l'écran respire une certaine désillusion, suintent de pensées macabres.
D'où sa classification dans les films d'horreur. Ici, ce sont les horreurs de la vie, l'étroite frontière entre la vie et la mort qui sont relatées. Nul besoin de paranormal ou de zombie : la vie se suffit d'elle-même en ce domaine.



Ce faisant, le film acquiert un caractère très particulier. Bien que le sujet soit clairement ancré dans le trépas, le sentiment que procure la bobine est plutôt positif. Il s'agit d'une ode à la vie, certes traitées de façon fortement mélancolique, mais le film ressemble à une prolongation du mouvement littéraire romantique (sens des métaphores, des nuances ou même des clairs-obscurs, décors et image affecté par les personnages).
Seulement, Fu Bo ajoute à cela quelques scènes bien saignantes (rappelons que l'action se situe principalement dans une morgue) et une atmosphère qui transpire le mal être et le malsain. L'éclairage (les filtres ?) de nombres de scènes est, en ce sens, très évocateur, il reflète l'état d'esprit des protagonistes et appuie un peu plus le contraste vie/mort qui sous-tend le film.
La morgue est littéralement irradiée de blanc, conférant aux personnages qui s'y trouvent un aspect angélique.



Pas de doute, le réalisateur réussi le pari de faire à la fois un film d'auteur underground et une ode à la vie dont le traitement morbide et tout à fait surprenant.
De plus, il est remarquable que malgré sa démarche auteurisante, le film ne se perd pas dans les méandres de l'esprit de son réalisateur. Même si l'on peut reprocher quelques passages peu lisibles, le film n'ennuie pas. Bien au contraire, il laisse une impression douce amère, et transmet avec succès la mélancolie toute puissant dont regorge le film.



Un beau film, triste et sanglant, pas exempt de petits défauts, mais l'effort mérite d'être remarqué.
Il est toutefois à noter que les fans d'Anthony Wong qui s'attendent à une nouvelle performance ultra-trash dans un style proche de "Untold Story" risquent d'être déçus. Ici le gore n'est pas une fin en soit, c'est un vecteur de sentiments, un simple moyen. Ceci étant, son jeu est tout aussi bluffant, un acteur étonnant qui évolue dans différents styles et différents cinémas (du block-buster à l'underground).
Chapeau !

Primé au Pusan International Film Festival ; au Vancouver International Film Festival ; au Hong Kong International Film Festival et au Films for New Asian Cinema in Munich !






Du même réalisateur :