RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Mike Mendez

Scénariste
Chatton Anderson

Date de sortie
2000

Genre
diable et démons

Tagline


Cast
Adrienne Barbeau
Joanna Canton
Richard Trapp
Dax Miller
Renée Graham...


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Joseph Bishara

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3.3
(12 votes)
Lambda, un groupe de taggers du campus, se rend " au couvent " dans le but d'être le premier à en tagger le clocher. Ils espèrent aussi y trouver un endroit paisible pour fumer de l'herbe... Mo, une lesbienne gothique en conditionnelle, les accompagne sur place afin de goûter l'atmosphère particulière de cet endroit. Les légendes racontent en effet que les nonnes du couvent avaient enlevé une jeune fille alors enceinte, pour la faire avorter. Lors de l'interruption de la grossesse, une jeune fille armée a surgi et tué les nonnes une par une avant de mettre le feu au couvent. Depuis la demeure serait hantée par leurs esprits assoiffés de vengeance.



L'intro annonce la couleur : une jeune fille totalement débraillée pénètre le couvent, armes aux poings. Pendant que l'adolescente arpente les couloirs, la caméra présente rapidement la vie au couvent : un religieux donnant l'hostie aux nonnes, des crucifix en gros plan, des pensionnaires atterrées... Le tout sur une musique très 60' "don't tell me what to do, don't tell me what to say.". La musique se poursuit et la jeune fille va "batter" les nonnes avant de les achever au gasoil version torche humaine.



Le ton est donné, ici pas d'hymne fringante aux couleurs de la religion, mais plutôt une bobine irrévérencieuse et provocatrice. De l'humour et un brin d'anarchie forment le terreau de ce superbe film de zombies.

Années 2000 oblige, les " stars " du film sont des ados bien "in", fêtards et du genre à se séparer dès que la situation dégénère. Mais ne vous y trompez pas, le cinéaste a écarté les archétypes adolescents mis à la mode par Wes "Scream" Craven. A la place : des caricatures déjantées, dont les seuls intérêts dans la vie se résument à tagger-coucher-fumer. Jamais les derniers pour prouver leur stupidité, le groupe d'amis accompagnés par Mo vont donc aller au couvent avec force blagues vaseuses.



Quand les premières nonnes apparaissent, le film prend un aspect complètement barré. Dès qu'un zombie est à l'écran, la caméra s'énerve et se fait plus rapide, sur fond de musique techno, qui donne au tout un aspect de rave-party chez Satan.

Le sang coule à flot, et si les effets gore sont très cheap et peu nombreux, à base d'éclairage fluo, de mousse de latex et autres extincteurs placés dans les robes de bure, ils restent tout à fait efficaces. Accompagnés d'un humour potache (Ca va aller pour moi ? Tu vas déjà mieux... HEEEEEEELP !!!), ces trucages expriment toute leur saveur et la bobine file une pêche d'enfer.



Exit les zombies sérieux de Fulci et de Romero, voici les nonnes mortes-vivantes des années 2000, shootées à la techno et complètement déménagées. Elles vont vite, ont des mouvements totalement anarchiques (type Frankenstein sous ecxtasy) et font plus rire que peur avec leurs couleurs flashy et leur aspect plutôt propre.

Voilà donc une bouffée d'air pur pour le film de zombie qui commençait à croupir un peu. Certes pas un chef-d'œuvre, mais surtout pas un navet. Le réalisateur de "Serial Killers" laisse augurer après un second métrage très agréable, un bel avenir dans le monde du cinéma.

Christine adulte, est incarnée par Adrienne Barbeau, l'ex-femme de John Carpenter.

Le rapper Coolio incarne dans ce film, un officier de police fort pointilleux.