RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.2
(20 votes)
Antonia Bay : petite ville portuaire du nord de la Californie, un vieux marin raconte une légende à des enfants : disparus il y a un siècle lors d'un naufrage au large des côtes, des marins doivent revenir hanter les habitants de la ville. Cette même nuit, une épaisse nappe de brouillard glisse contre le vent, sur les abords de la ville. Perdu dans la brume, un navire de pêche est accosté par un inquiétant voilier...



Grand classique du cinéma d'horreur, John Carpenter nous montre un fois de plus l'étendue de son talent. En jouant sur l'accumulation d'évènements soudains, une musique (composée par lui-même) sobre mais efficace, il installe une ambiance angoissante dès le début du film.
La photographie bleutée est superbe, donnant notamment aux paysages du film un caractère mortuaire et oppressant. Les apparitions de fantômes, réduits à de vagues silhouettes dans le brouillard, renforcent leurs côtés terrifiants et mystérieux.
Mais la vraie star du film est le brouillard : accompagnant l'arrivée des revenants, il s'infiltre insidieusement, rampe sur la route doucement en avançant inexorablement vers la ville...impressionnant !
Enfin, Carpenter, grand fan de westerns nous sert quelques scènes d'action, avec un sens du rythme et du suspense propre à lui : témoin la scène de l'église assiégée par les revenants d'une redoutable efficacité.
Accompagné de ses actrices fétiches, Adrienne Barbeau en tête, Carpenter nous offre un spectacle étouffant et spectaculaire. Un film référence.

Rob Bottin, responsable des effets spéciaux, collaborera à nouveau avec Carpenter sur le chef d'œuvre du maître : The thing. Il deviendra par la suite une star du maquillage avec ses travaux sur Hurlements et l'Aventure intérieure de Joe Dante, ou bien encore Legend de Ridley Scott. Dans The Fog, il prête son imposante silhouette au spectre du Capitaine Blake.