RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.5
(14 votes)
Tueur en série, Kemper gît au fond d'une cellule et opère une vengeance à distance grâce à son fils vis-à-vis de ceux qui l'ont envoyé en prison, d'où le prétexte à suivre 4 histoires : - Le fils passera une nuit avec une fille qu'il rendra enceinte d'un monstre. - Deux voleuses se feront prendre à leur propre piège. - Un amputé fera tout son possible pour récupérer une jambe qu'il a perdue lors d'un accident. - Un internaute féru d'images de violence extrème sera malgré lui l'acteur d'un snuff movie. Mais quel est le lien entre les victimes ???



Cradle of fear est un film à sketches (au nombre de 4) dans la lignée de Creepshow, mais là s'arrête la comparaison. Il s'apparente plutôt à un téléfilm du samedi soir sur France 3 et du film érotique de M6: on frôle l'amateurisme. Autant certaines filles sont mignonnes, autant leur jeu d'actrice est plus que médiocre, surtout dans le sketch de l'amputé. Les FX sont dans la même veine (amateur), trop caoutchouteux, abondance de latex et de faux sang, on peut les distinguer quelquefois comme la lame de couteau rétractive et la lame de rasoir à jets de sang.



Pour le scénario c'est du déjà vu, Chandon n'hésite pas à piquer les idées des autres: on peut citer "Body parts", "Vidéodrome", "Baby blood" et "The crow" pour le personnage principal. Pour la musique, faut pas être allergique au heavy métal et l'ambiance sonore laisse à désirer (les grognements répétitifs sont d'un ridicule !).



Encore un petit reproche: le film est trop trop long (2h). La scène la plus délirante est celle du flic qui touche la victime pour savoir si elle vit encore, alors qu'elle a les tripes à l'air (très bon recrutement de la part de la Police anglaise). Bref, un film trop inégal qui ravira les gothiques et encore... Je pense...










Du même réalisateur :

INBRED