RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Herman Yau

Scénariste
Ting Chau

Date de sortie
1996

Genre
Horreur

Tagline


Cast
Anthony Wong
Shing Fui On
Chui Ling Wong
Mariane Chan...


Pays
Hong-Kong

Production


Musique
Brother Hung

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4.8
(4 votes)
Kai se fait surprendre par son patron alors qu'il est en train de faire l'amour à la femme de celui-ci. Pour s'en sortir, il n'hésite pas à massacrer son patron, son garde du corps et sa femme. Il est interrompu alors qu'il allait faire brûler vive la petite Lili, fille du patron. Kai s'enfuit en Afrique du Sud. 10 ans après, il est devenu cuisinier dans un restaurant. Un jour, afin de ne pas acheter trop chèr de la viande, il se rend avec son nouveau patron dans une petite tribu africaine, où une épidémie semble avoir lieu de part le nombre de cadavres qui jonchent le sol. Sur le chemin du retour, Kai à un accident de voiture. Pendant que son patron répare le véhicule, Kai tombe sur une africaine qui semble très malade. Cela ne le dérange pas et il la viole. Le lendemain, Kai est très malade. Le médecin l'examine et conclue que Kai a sûrement attrapé le virus Ebola et qu'il va devenir porteur de ce virus. Il viole la femme de son employeur, la contaminant au passage, mais se fait encore surpendre. Comme à Hong-Kong, il n'hésite pas à les tuer. Il découpe les corps contaminés et en fait de la viande pour hamburgers qu'il se met à servir à tous les clients du restaurant. Bientôt, une terrible contamination par le virus Ebola de la population se met à se propager... Pendant ces événements, Lili, devenue adulte, se rend au restaurant avec ses amis et reconnait l'homme qui a tué sa famille...



Je m'attendais à plus de scènes sanglantes et à plus de scènes avec des gens contaminés, le film ayant la réputation d'être extrêmement violent. Ebola Syndrôme est néanmoins un film assez malsain de part son sujet, et surtout complètement immoral. Viols, scatologie, langage ordurier, meurtres violents et sanglants, le film dresse un panel de ce qui se fait de plus abject, le sommet étant l'utilisation du virus Ebola comme thème principal alors que celui-ci était un sujet d'actualité lors de la sortie du film. Herman Yau ne recule devant rien et le mauvais goût est vraiment présent dans son métrage. Le "héros" du film est un personnage totalement antipathique, ignoble, sans remords, n'hésitant pas à crâcher dans le café avant d'aller le servir à ses clients ou à se servir d'un morceau de viande pour se masturber dedans et faire ensuite cuire ce même morceau de viande pour le servir également aux clients. Bref, Ebola Syndrôme est un gros morceau d'humour noir, irrespectueux, de mauvais goût, avec une scène incroyable d'autopsie et quelques meurtres ou le sang coule bien à flots. Mais pour ma part, je m'attendais à plus d'excès dans le gore et j'ai donc été un peu déçu de ce côté là. Un film à découvrir néanmoins pour voir jusqu'où le cinéma de Hong-Kong peut aller...

Le réalisateur à réalisé un autre sommet du mauvais goût, "Untold Story".






Du même réalisateur :

UNTOLD STORY - THE