RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2
(2 votes)
De jeunes danseuses et danseurs s'entrainent dur dans le cour de Candice Norman. L'annonce d'une sélection de trois élèves pour une comédie musicale va semer le trouble dans l'école de danse. Alors qu'elle prend sa douche, Susan, la meilleure élève, se fait assassiner par un mystérieux tueur vêtu de noir et ganté. Le tueur fait perdre connaissance à la jeune fille avec du chloroforme et lui enfonce une longue aiguille dans le sein jusqu'au coeur. Le lieutenant Borges se rend sur les lieux du crime et commence à mener son enquête. Parmi ses suspects, Willy, le petit ami de Susan, Dick Gibson, le directeur de l'école, Candice, la professeur de danse, et quelques autres élèves. Bientôt, c'est au tour de Janice, la seconde meilleure élève, de se faire tuer par l'assassin. Candice fait un rêve étrange dans lequel elle se fait poursuivre par un homme blond armé de l'aiguille. Alors qu'elle est dans sa voiture, elle tombe sur un panneau publicitaire avec en vedette, l'homme de son cauchemar. Elle retrouve sa trace dans un vieil hôtel. Une liaison commence entre eux pendant que d'autres élèves trouvent la mort à l'école et que la police ne parvient pas à identifier le meurtrier...



Retour au giallo pour Lucio Fulci. Mais quelle catastrophe ! Murderock fait partie sans problème des pires films de son réalisateur. Photographie affreuse, suspense de pacotille, tous les clichés du giallo sont présents mais aucune innovation par contre, meurtres ridicules et très peu violents (juste une aiguille qui s'enfonce dans une poitrine), des numéros de danse qui n'en finissent pas sur une musique disco énervante, bref, on à l'impression d'assister à un épisode de "Fame" dans lequel un assassin se serait invité. Seul la séquence onirique dans laquelle Candice se fait poursuivre par le tueur est intéressante. A éviter.

Le film a reçu quand même le "Grand Prix de la Peur" à Avoriaz en 86.






LUMIèRE SUR