RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.1
(26 votes)
Bruno, un jeune compositeur de musique de film, loue la maison de Tony, un ami qui va partir au Koweit pour affaire. Bruno travaille sur la musique d'un film de terreur, que son amie Sandra est en train de réaliser. La maison est très grande, possède une piscine et un jardinier y travaille tous les jours. Bruno fait la connaissance de Katia, qui habite à la maison voisine. Katia lui explique qu'elle était amie avec l'ancienne locataire, Julia. Katia quitte la maison très tard et elle se fait attaquer et massacrer par un tueur armé d'un cutter. Bruno entend du bruit mais ne découvre rien. Ce n'est qu'en rentrant dans sa maison qu'il tombe sur des petites gouttes de sang présentes sur son pantalon. Il réecoute les bandes sur lesquelles il a enregistré sa musique. En effectuant un réglage, il entend deux femmes parlant ensemble d'un secret sur la dénommée Julia. Peu de temps après, il s'aperçoit que quelqu'un va et vient dans la maison afin de tenter de détruire des preuves. La tension monte pour Bruno qui n'est plus rassuré. D'autant que d'autres meurtres affreux se produisent à l'intérieur de la demeure...



Lamberto Bava n'a pas fait que des mauvais films comme on l'entend souvent. Certes, il n'a rien inventé non plus. Sa "Maison de la Terreur" reprend bon nombre d'éléments du Giallo façon Dario Argento (normal, il a travaillé avec), saupoudré d'éléments à la Brian de Palma ("Blow Out" pour l'utilisation de la bande sonore...). Néanmoins, il a construit un film au suspense plutôt bien entretenu, parvenant même à nous arracher quelques frissons. Comme dans tous bons films italiens de ce genre, on retrouve un tueur mystérieux, des meurtres assez violents à l'arme blanche (ici, cutter, couteau, clé à molette...), une bonne musique électronique en guise de partition musicale et un final surprenant, quoiqu'un peu expéditif. Lamberto s'amuse à brouiller les pistes et bien malin qui devinera la chute du film. Même si le film s'essouffle un peu dans la seconde partie du métrage et tourne en rond, on ne regrettera pas de l'avoir visionné.

Le film existe aussi sous forme de série télévisée, composée des 8 parties de 15 minutes chacunes.