RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Paul Lynch

Scénariste
William Gray

Date de sortie
1982

Genre
tueurs fous

Tagline


Cast
Janet Julian
David Wallace
John Wildman
Janit Bldwin
Garry Robbins...


Pays
Canada

Production


Musique
John Mills-Cockel

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2
(1 vote)
Sur une île, pendant une cocktail-party, une jeune femme se fait violer par un homme ivre avant d'être sauvée par son berger allemand qui le mord jusqu'à la mort. 36 ans plus tard. Un bande de copains partent faire du bateau sur un lac. La nuit et le brouillard tombent et la navigation se fait difficile. Les cinq amis recueillent un homme dont le bateau ne démarre plus. Celui-ci leur raconte qu'il y a une île pas très loin d'où ils se trouvent et que seul une vieille femme accompagnée de ses chiens s'y trouvent. Sur le bateau, Nick et Eric Simmons, les deux frères, ont une altercation, ce qui entraine la perte du bateau, celui-ci allant se jeter sur les récifs. La plupart des passagers parviennent à gagner l'île. L'homme recueilli a la jambe brisée et ne peut marcher. Pour se faire pardonner, Nick décide d'aller chercher de l'aide sur l'île et de trouver la maison de la vieille femme. Perdu en pleine forêt, Nick, après s'être fait poursuivre par un chien, parvient à trouver un abri contenant des barques. Mais celles-ci sont cassées. Nick se fait alors aggresser par "une chose" à la force colossale. Bientôt, cette "chose" va s'attaquer au reste du petit groupe...



La vision d'Humongous, l'ambiance générale du film, rappelle aussitôt le film culte de Joe d'Amato, "Anthropophagous". En effet, on retrouve les ingrédients du film de D'Amato, à savoir : une île abandonnée, des touristes, une ambiance glauque et macabre et un "être" à la force impressionnante qui va décimer le petit groupe. On ne peut donc pas dire qu'Humongous soit très original. Certes, l'ambiance du film est plutôt sympa mais on n'a rarement peur et on ne stresse jamais devant les images qui défilent devant nos yeux. Point de scènes sanglantes non plus, et beaucoup (trop ?) de scènes nocturnes sont également à signaler. Il y a quand même quelques plans qui méritent que l'on regarde le film mais il ne laissera pas de souvenir impérissable et le slogan de l'affiche française, à savoir "Ca rampe, ça hurle et ça à faim !" est bien plus terrifiant que le film lui-même !








Du même réalisateur :

BAL DE L HORREUR - LE