RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.9
(6 votes)
Donny Kholer est un homme qui n'a pas eu une enfance très joyeuse. Sa mère était folle et elle lui brûlait les avant-bras avec la flamme de la gazinière pour le punir. Depuis, son rapport avec le feu est plutôt ambigu. Alors qu'il travaille dans un centre de déchets, un de ses collègues, n'ayant pas vu une petite bombe aérosol resté dans un four, se retouve transformé en torche humaine. Donny le contemple sans lui venir en aide, causant la fureur de son patron. En rentrant chez lui, Donny découvre que sa mère, qui était très malade, est morte. Ce choc lui fait complétement perdre la raison. Donny se met à entendre des voix lui disant de se venger par les flammes. Il arpente les rues de la ville, achète un costume anti-feu et parvient à ramener une jeune fleuriste chez lui. Là, il l'assomme et la suspend nue dans une pièce recouverte de plaque de tôle. Il apparaît devant la femme habillé avec sa combinaison et la brûle au lance-flammes. Donny conserve alors son corps calciné, ainsi que celui de sa mère dans une pièce de la maison. Il continue ses jeux macabres avec d'autres femmes et sombre dans la folie la plus totale...



L'affiche de Melki pour ce film a sûrement fait rêver de nombreuses personnes dans les vidéos-clubs, tout comme le "interdit aux moins de 18 ans" derrière la jaquette. Pyromaniac n'est en fait pas très violent, ni très choquant et une simple interdiction aux moins de 12 ans aurait été suffisante. Le film rappelle par beaucoup d'aspect le "Psychose" d'Hitchcock et plus encore, le "Maniac" de William Lustig. Depuis ces deux classique, on sait que les rapports mère-fils peuvent conduire à un état de démence avancé pour l'enfant quand ceux-ci ne se passent pas bien. Donny Kholer est plus une victime qu'un méchant homme. Sa jeunesse difficile a fait de lui ce tueur au lance-flammes. Peu de meurtres dans ce film mais ils sont plutôt bien réalisés, surtout lors du premier assassinat, où l'on voit bien le corps se faire brûler. La majeure partie du film, on suit l'état de folie de Donny plutôt que ses actions. Il est dommage que le lance-flammes ne serve pas plus, c'était une arme originale. Le grand défaut du film est surtout d'arriver après "Maniac" et ceux qui ont vu ce film ne pourront s'empêcher de penser que ce "Don't Go in the House" n'est qu'une copie de celui-ci, le final se révélant de plus être le même que dans le film de Lustig. Pyromaniac n'est pas un mauvais film mais il en décevra plus d'un je pense, vu le potentiel que nous avait laissé espérer la jaquette.








Du même réalisateur :

LUMIèRE SUR