RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Stuart Gordon

Scénariste
Stuart Gordon & Dennis Paoli

Date de sortie
1995

Genre
monstres

Tagline


Cast
Jeffrey Combs
Barbara Crampton
Jonathan Fuller
Jessica Dollarhide...


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Richard Band

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(23 votes)
John Reilly, ancien alcoolique qui a provoqué la mort de son jeune fils et fait devenir aveugle sa fille lors d'un accident de voiture, chose que ne lui a toujours pas pardonné son épouse, vient d'hériter d'un grand château en Italie, le château d'Orsini. Ce château appartenait auparavant à sa tante, une Duchesse qui a également perdu son fils Giorgio lorsqu'il avait cinq ans. Dès la première nuit, John entend des bruits étranges et des gémissements semblent provenir des sous-sol du lugubre château. Sa fille, bien qu'aveugle, sent comme une présence maléfique à l'intérieur de ce château. En fait, Giorgio n'est pas mort et il est enfermé dans un cachot. Être monstrueux, qui fut victime des violences de sa mère, Giorgio parvient à briser ses chaînes et à sortir de sa cellule. Bientôt, des meurtres abominables se produisent dans le château. John et sa famille vont tenter de découvrir l'horrible secret dont ils viennent d'hériter...



Stuart Gordon retrouve ses acteurs fêtiches, Jeffrey Combs et Barbara Crampton, et adapte à nouveau le grand romancier Lovecraft, après "Ré-animator" et "From Beyond". Avec Castle Freak, il réactualise le film d'épouvante gothique, et livre un film brutal, sans concession, sans humour. La photographie est froide, glauque et renforce l'aspect horrible du film. La créature est terrifiante, les meurtres sont violents et sanglants, l'interprétation est très bonne, l'ambiance lugubre et malsaine à souhaits. Bref, Stuart Gordon prouve qu'il est vraiment un talentueux réalisateur de film d'horreur, et sa réalisation suivante, "Dagon" nous le prouvera à nouveau.

Le scénario utilise la nouvelle de Lovecraft "Je suis d'ailleurs".

Aux USA, le film est présenté dans une version censurée. Nous avons la chance en France de bénéficier de la version intégrale du film.