RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.9
(26 votes)
Le docteur Lecter est toujours en liberté. Le richissisme Mason Verger, une de ses anciennes victimes qui a le visage entièrement défiguré et mutilé par sa faute, rumine sa vengeance depuis toujours. Il collectionne tout ce qui se rattache à Lecter. Il retrouve Barney, le gardien du centre où était interné Lecter, et lui rachète le fameux masque d'Hannibal. L'inspecteur Pazzi lui téléphone pour lui annoncer qu'il a retrouvé la trace d'Hannibal en Italie et que celui-ci est devenu le gardien d'un musée à Florence. Pendant ce temps, Clarice a de nombreuses difficultés au FBI, surtout après avoir monté un coup de filet sur une chef de gang qui s'est avéré un fiasco total. Hannibal, en apprenant ces nouvelles à la télévision, va de nouveau prendre contact avec elle. Une aubaine pour Mason Verger qui tient là un appât infaillible. Lui aussi prend contact avec la jeune femme...



Un film très différent du Silence des Agneaux, référence qu'il faut absolument oublier pour apprécier Hannibal. Le film n'a plus rien d'un éprouvant thriller. C'est une histoire d'amour moderne, entre deux personnages diamétralement opposés mais dont les sentiments sont très forts l'un envers l'autre. C'est également une histoire de vengeance qui ne pourra se finir qu'en bain de sang. Hannibal réserve des séquences très fortes, comme l'attaque des sangliers, la dégustation du cerveau d'un policier (écoeurant!) et ne lésine pas sur les détails. La séquence d'introduction avec Mason Verger est excellente, surtout le moment ou il ouvre le colis contenant le masque d'Hannibal qui l'empêche de mordre et qu'on avait découvert dans Le Silence des Agneaux. Gary Oldman est méconnaissable dans ce rôle. Les séquences filmées à Florence sont magnifiques, tout comme la partition musicale qui apporte beaucoup à l'atmosphère du film. On pourra regretter que Jodie Foster ne soit pas de la partie mais Julianne Moore s'en tire avec les honneurs.

Le scénario est également tiré du roman de Thomas Harris.

Ridley Scott définit son film comme un conte romantique. Pour lui, Hannibal est un tout en soi et il a voulu emmener son film dans une autre direction que celle laissée par Le Silence des Agneaux.