RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Dan Curtis

Scénariste
Earl W. Wallace

Date de sortie
1976

Genre
monstres

Tagline


Cast
Anthony Franciosa
Donna Mills
Patty Duke
June Allyson


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Bob Cobert

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(12 votes)
Une série de meurtres brutaux est perpétrée par un tueur dont le profil égare les enquêteurs. Le tueur serait immense, et se servirait de pioches pour assasiner ses victimes après les avoir soigneuseument... vidées de leur sang ! Au vu du silence mystérieux que la police laisse planer sur cette affaire, un détective privé est engagé par la femme d'une des victimes pour enquêter sur le meurtrier. Au fur et à mesure que l'enquête avance, d'étranges indices lient cette dernière aux meurtres, mais aussi à d'anciennes légendes indiennes et chinoises qui prétendent que certaines femmes, les nuits de pleine lune, auraient la capacité de se transformer en une araignée de taille gigantesque!



Vue une première fois lors de sa diffusion sur feu La 5 (ça ne nous rajeunit pas...), La Malédiction de la Veuve Noire est certainement le (télé)film qui m'a fait le plus cauchemarder une fois la télévision éteinte. Impossible de ne pas penser aux yeux de cette femme araignée devenant rouge scintillant avant sa transformation.



Un mauvais souvenir pour moi, étant littéralement terrorisé dans mon lit. Ma nouvelle vision de ce téléfilm de Dan Curtis n'aura sûrement pas cet effet tétanisant cette fois et c'est tant mieux. Elle aura permis par contre de renforcer mon souvenir d'une bonne histoire fantastique, rondement menée, ce qui est effectivement le cas. Peu de temps mort, une enquête qui devient de plus en plus passionnante au fur et à mesure de sa progression, quelques touches d'humour avec le personnage de Mark Higbie, et une montée du suspense qui va crescendo, avec l'intrusion du fantastique dans la réalité. Le scénario, très bien construit, aurait pu servir à un épisode d'X-Files.



Le casting est impeccable, la réalisation est sobre mais efficace, jouant plus sur la suggestion que la démonstration, l'araignée géante n'apparaissant réellement qu'à la toute fin du film, ce qui lui évite de sombrer dans le ridicule faute d'un budget conséquent pour la réaliser. La Malédiction de la Veuve Noire est un solide téléfilm à l'ancienne, qui mérite vraiment d'être redécouvert par le plus grand nombre. Arachnophobes s'abstenir.