RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.1
(31 votes)
La ville de New-York est contrôlée par un cartel, l'OCP. Cette multinationale est chargée de créer un nouveau policier, qui pourrait travailler 24 h/24 h et arrêter la prolifération du crime. Dick Jones a un projet à présenter : un super robot dôté des armes les plus puissantes et baptisé ED 209. Mais la démonstration tourne mal et un membre de l'OCP est littéralement pulvérisé par ED 209. Bob Norton propose alors son projet personnel baptisé ROBOCOP. Le directeur de l'OCP accepte et Norton doit attendre de trouver le policier qui deviendra ROBOCOP. Le policier Murphy vient d'être muté à New-York. Il prend ses fonctions avec une jeune femme flic, Lewis. Pour leur première mission, il ne sont pas gâtés. Ils partent à la poursuite de Clarence Bodycker et de sa bande, des tueurs de flic en puissance. Murphy tombe entre leurs mains et se fait tuer. Bob Norton récupère le corps et place ses prothèses robotiques sur le reste du corps de Murphy. ROBOCOP est né. Toutes ses missions se soldent par un succès et il devient vite le héros du poste de police et de la ville. Lewis pense reconnaître Murphy dans ROBOCOP, de par le geste qu'il fait lorsqu'il rengaine son arme. Alors qu'il se repose, ROBOCOP est victime d'un rêve et il revoit sa famille et son assassinat. Il part alors en quête de réponses...et bientôt de vengeance...



Assurément le meilleur film de Paul Verhoeven, très violent (surtout le Director's Cut !), cynique, sombre...L'armure de ROBOCOP est excellente et on jubile à chacune de ses missions. ED 209 est vraiment très impressionant, tout comme Clarence Bodycker, un pur vilain qu'on croirait sorti d'une bande-dessinée ! Verhoeven dresse le portrait d'un futur on ne peut plus pessimiste mais où une lueur d'espoir n'est pas absente, en particulier quand, à la fin, ROBOCOP déclare s'appeler Murphy. La machine s'affirme en tant qu'individu et c'est l'homme qui sort vainqueur du combat. A voir et revoir sans hésiter !

ROBOCOP est le premier film américain de Paul Verhoeven.

Ce fut un clavaire pour Peter Weller d'endosser l'armure de ROBOCOP. Il faisait 30° dessous et il perdait au moins deux litres d'eau par jour! De plus, le concepteur du costume, Rob Bottin, a utilisé des matériaux nouveaux mais qui avait une odeur très désagréable, style odeur de vomi !

C'est Phil Tippett qui eu la charge de "manipuler" ED 209, en image par image.

L'ancien président Richard Nixon a été engagé pour faire la promotion du film lors de la sortie en vidéo.

Petite histoire drôle mais vraie : Un suspect poursuivi par la police se réfugia dans un cinéma ou passait ROBOCOP. Tellement absorbé par le film, il ne réalisa pas que la salle avait été évacué et que la police l'attendait patiemment !

Le succès du film entraîna la réalisation de 2 suites, d'une série-télé et d'un dessin-animé.

Un sompteux coffret en DVD réunissant les trois films est sorti. Le premier ROBOCOP est proposé dans ses deux versions : l'officiel et le Director's Cut, beaucoup plus violent et sanglant lors de la mort de Murphy et pendant la "bourde" d'ED 209 !