RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
William Lustig

Scénariste
C A Rosenberg / Joe Spinell

Date de sortie
1980

Genre
tueurs fous

Tagline


Cast
Joe Spinell
Caroline Munro
Gail Lawrence
Kelly Piper
Tom Savini...


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Jay Chattaway

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4.6
(23 votes)
Ayant eu de gros problèmes avec sa mère au cours de son enfance, Frank Zito, un dangereux maniaque, très atteint psychologiquement, part en croisade contre le sexe, parle à sa mère qui est morte, habille des mannequins de cire avec les scalps de ses victimes. Chaque nuit, il va traquer de nouvelles proies. La police enquête mais le maniaque reste introuvable et continue d'ensanglanter les nuits de New-York...



Ah Maniac ! Film ultra culte des années 80, réalisé par William Lustig qui nous donnera un sympathique "Maniac Cop" quelques huit ans plus tard.

Sympathique, "Maniac" ne l'est pas. Absolument pas. On ne rit pas dans "Maniac", ni même ne sourit. Ce film peut être considéré comme un monument de la violence sans concession. C'est froid, glacial, direct. Une expérience hors norme, une entrée dans le monde de la folie humaine, tout comme "Massacre a la tronçonneuse" l'avait fait en 1974.



La grande force du film réside en trois points. Le premier, et non des moindres : la composition de Joe Spinell, qui incarne donc Frank Zito, psychopathe très atteint, victime d'une mère possesive qui n'hésitait pas à le brimer pour parfaire son éducation. On retrouve bien sûr du "Norman Bates" dans Frank Zito. Joe Spinell, qui a co-écrit le film, est hallucinant dans ce film. Son apparente tranquilité peut laisser surgir le monstre qui sommeille en lui. Son regard hirsute pendant les scènes de meurtres fait froid dans le dos. Il est totalement investi par le personnage. D'un physique plutôt ingrat, petit et bien portant, Frank Zito pourrait être votre voisin de palier. Quand il a toute sa tête, c'est un homme charmant et courtois. Mais quand sa psychose reprend le dessus, mieux vaut ne pas se trouver dans les environs...



Le second point est bien sûr les créations de Tom Savini en ce qui concerne les effets-spéciaux. D'un réalisme proprement époustouflant, les scènes de meurtres surfent sur le gore qui éclabousse. Mais pas un gore comique à la "Braindead". Un gore malsain, crade, sordide. Scalpage au rasoir, éventrement au sabre, explosion de tête au fusil à pompe, "Maniac" vous réservera de bien sanglantes joyeusetés, dont un final paroxysmique assez impressionnant et dérangeant, qui ne manquera pas de marquer les esprits ! Tom Savini s'est vraiment surpassé dans le réalisme et la violence.



Le troisième et dernier point est l'ambiance du film. Comme dit précédemment, le film de Lustig respire le sordide, le climat est tendu, malsain à souhait. Pour créer ce climat, la musique de Jay Chataway remplit parfaitement sa fonction. Le thème du "Maniac", que l'on peut entendre au début du film, quand on se retrouve dans l'appartement du tueur, possède une touche bien à lui, il est calme mais fait naître le malaise chez le spectateur. La musique lors de la poursuite dans le métro réussit à nous faire stresser, à nous faire vivre l'état de panique de la future victime poursuivie par Frank Zito. S'il y a bien un film qui ne respire pas la joie de vivre, c'est bien celui-ci.

"Maniac" n'usurpe donc pas sa réputation de film extrème. Encore aujourd'hui, il reste un véritable choc pour les spectateurs et se hisse haut la main dans les trois premières places de films de violence urbaine ultra réaliste. Un film coup de poing, une date dans le cinéma d'horreur!

Le film fut censuré deux ans en France et ne sortit au cinéma qu'en 1982 !

Une séquelle du film était originellement prévue, et a même été tournée en partie. Elle rassemblait à nouveau le couple William Lustig (le réalisateur) / Joe Spinell (le premier rôle), mais sa mort prématurée a fait sombrer le film. La bande annonce est toutefois disponible sur le double DVD de Maniac.

Le film "Fanatic", où Joe Spinell incarne à nouveau un psychopathe des plus dérangé, a été sous titré "Maniac II".