RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Donald Farmer

Scénariste
Donald Farmer

Date de sortie
2015

Genre
possession

Tagline


Cast
Angela Kerecz
Bobby Kerecz
Channing Dodson
Madison Carney
Alaine Huntington


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Tony Proffer

Effets spéciaux



Cliquez pour noter..
Une nonne assassine une femme au bord d'un lac et invoque la puissance de Satan. Ce dernier investit le corps d'un requin qui va faire du lac son garde-manger. Le démon va également s'emparer de l'esprit d'Ali, une jeune femme venue se détendre avec ses deux copines Lauren et Emilie. Ayant eu vent des curieux événement se déroulant dans le village jouxtant le lac, le Père Michael, prêtre exorciste, va tenter d'intervenir pour conjurer le Mal...



L'AVIS :

Vous le savez si vous me suivez sur Horreur.com, j'ai la chance d'être extrêmement bon public et d'apprécier la grande majorité des films que je regarde, trouvant du plaisir là où d'autres s'ennuient, voire pire. Le réalisateur de "Shark Exorcist", Donald Farmer pour le nommer, je le connais un peu car on lui doit dans les années 80, en 1987 pour être précis, deux films horrifiques de série Z qui sont sorties en VHS en France, à savoir "Demon Queen" et "Cannibal Hookers". Deux films à budget microscopique qui mélangent le gore et l'érotisme et qui n'ont pas une très bonne réputation. Donald Farmer n'a jamais cédé aux joies des budgets plus conséquents et il a continué, contre vents et marées, à produire et tourner des films sans le sou, pour son plaisir et pour le plaisir de ses fans dévoués. Il est toujours en activité à l'heure actuelle puisqu'il a même réalisé un remake de "Cannibal Hookers" en 2019 et qu'il a d'autres projets en cours, dont "Debbie Does Demons", le petit dernier en date, actuellement en pré-production.



C'est en 2015 qu'il nous offre donc ce Shark Exorcist, présenté comme la rencontre entre "Les Dents de la Mer" et "L'Exorciste", rien que ça ! J'avoue que l'affiche ci-dessus m'a fait saliver et que le scénario, à savoir Satan prenant possession d'un requin blanc pour commettre ses méfaits sur Terre et devant lutter contre un prêtre exorciste, avait de quoi donner une furieuse envie de voir le film. C'est donc chose faite en ce qui me concerne. Comme je l'ai écrit en début de texte, je suis extrêmement bon public. Mais j'ai des limites quand même. Et franchement, malgré toute ma bonne volonté, je ne vois pas ce qu'il y aurait à sauver dans Shark Exorcist, probablement l'un des plus mauvais films jamais vu en ce qui me concerne. Il y a peut-être l'actrice Channing Dodson qui n'est pas trop mal mais à part ça, il n'y a rien, mais vraiment rien de positif dans ce film. Tout confine au ridicule le plus éhonté, l'histoire n'a absolument aucun sens, les scènes s'enchaînent sans logique, ça passe du coq à l'âne dans la plus totale incohérence et l'ensemble est tout simplement consternant de nullité. La séquence introductive nous présentant une nonne commettant un meurtre pour appeler Satan est peut-être ce qu'il y a de mieux dans le film en fait. Après, on sombre dans les affres de la série Z bas de gamme, même pas drôle, même pas sexy (aucun plan nichons dans Shark Exorcist, c'est sérieux ?) et surtout même pas gore !



Le requin, parlons-en puisqu'il est censé être la vedette du film, n'est rien d'autre qu'une image de synthèse qui se ballade devant un fond bleu et qu'on ne verra jamais en présence d'un acteur de chair et d'os. Il ouvre grand sa gueule, comme s'il passait à l'attaque et on enchaîne direct avec la vision de la victime faisant semblant d'avoir mal ou de se noyer dans les eaux du lac ! Déjà, un lac pour un requin blanc, on voit de suite le sérieux de l'entreprise mais bon, vu qu'il est possédé par Satan lui-même, pourquoi pas après tout, on n'est plus à une aberration près. On va donc revoir cette mauvaise image de synthèse plusieurs fois et on en vient rapidement à comprendre qu'on se fout royalement de notre gueule. A un moment, l'actrice qui va aussi être possédée par le démon se fait mordre par le requin et en guise de blessure, elle a un peu de ketchup sur la jambe ! C'est tout ! Mon dieu, même une mauvaise prothèse en plastique représentant une blessure aurait fait l'affaire mais on n'a même pas droit à ça ! Du kecthup ! Aie, aie, aie. Par contre, si vous aimez voir des demoiselles se rouler par terre en faisant croire qu'elles sont possédées par le Diable, vous apprécierez peut-être le film car on y a droit au moins quatre fois et vu que Shark Exorcist ne dure que 70 minutes, bah ça fait beaucoup de fois en fait !



Alors oui, on a notre prêtre exorciste, ne l'oublions pas, qui ne sait pas trop ce qu'il vient faire dans cette galère, et qui va se prendre des jets de vomi vert dans la gueule, fallait bien caser une référence à L'Exorciste quelque part. On a aussi une reporter spécialisée dans les émissions paranormales qui nous fait le coup de la possédée qui se roule par terre comme une forcenée mais qui n'apporte rien à l'histoire en fin de compte. Et comme la scène se passe en extérieur et qu'il y a du vent, eh bien on entend le vent dans la caméra bien sûr, comme si vous filmiez vos potes avec un caméscope familial. OK, le film n'a pas de budget, mais quand même, faut pas pousser. En plus, on annonce que le film a coûté 300,000 $ sur IMDB, il doit y avoir une erreur, c'est 3000$ sûrement. Franchement, j'essaye toujours d'être gentil avec les films à petit budget, ou de trouver des points positifs à mettre en avant car taper sur un film ne sert pas à grand chose mais force est de reconnaître que c'est impossible avec Shark Exorcist. C'est une déception totale qui nous promettait au moins de se marrer un bon coup mais qui n'y arrive même pas tant tout est... nul. Je tenterai quand même le remake de Cannibal Hookers de Donald Farmer ou peut-être même d'autres films de ce réalisateur pour voir si Shark Exorcist est une erreur de parcours ou pas. Désolé Donald Farmer, mais là, votre film ne vaut pas tripette et il est clairement indéfendable. Zéro pointé et dans mon cas, c'est ultra rare !









Du même réalisateur :

DEMON QUEEN
DORM OF THE DEAD