RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(2 votes)
Après la séparation de ses parents, Ben, adolescent rebelle, est envoyé chez son père pour l’été afin de gagner en maturité et en discipline. Mais ses problèmes deviennent de plus en plus inquiétants quand il fait une découverte effrayante sur la famille vivant à côté de sa maison : une créature terrifiante semble avoir pris possession de sa voisine et menace le jeune fils de cette dernière. Plus les événements deviennent perturbants dans l'entourage de Ben, plus il se rend compte que la créature a le pouvoir de faire en sorte que les gens oublient les êtres qui leur sont chers...



L'AVIS :

Inattendue destinée que celle de The Wretched, un petit film indépendant réalisé par les frères Pierce, auteurs de la comédie zombiesque "Deadheads" en 2011. Inattendue car le film a pleinement profité des effets du Covid-19 pour devenir l'un des films indépendants les plus rentables au monde ! Suite à la fermeture des cinémas à cause de l'épidémie, les Etats-Unis ont vu réapparaître les drive-in, ces cinémas en plein air popularisés dès 1933 et dans lesquels on regarde le film tranquillement assis dans sa voiture. The Wretched s'est donc vu programmer dans ces cinémas de plein air, histoire de faire frissonner le public entre la rediffusion des grands classiques, sans autre prétention que de rester une ou peut-être deux semaines à l'affiche. Coup du sort, le bouche-à-oreille fonctionne plein pot et à leur plus grand étonnement, le film des frangins Pierce devient rapidement N°1 au box-office ! Et ça n'en fini plus puisque le film est même resté six semaines en tête du classement, égalant Black Panther et détrônant même Rocky 4 ! En juin 2020, le film a rapporté plus de 1,1 millions de dollars rien que dans son pays d'origine ! De quoi donner le sourire aux Pierce qui ne s'attendaient pas du tout à un tel raz-de-marée et qui vont avoir la chance de voir leur petite production sortir sur support numérique ou en VOD dans le monde entier.



Pourtant, même s'il est très bien réalisé, avec une photographie très travaillée, The Wretched ne fait pas dans l'originalité et souffle, en ce qui me concerne, le chaud et le froid. Le film recycle en effet les clichés comme on enfile des perles et si l'histoire de cette créature maléfique est intéressante, on ne peut pas en dire autant du reste du scénario qui se focalise sur Ben, un jeune ado difficile et un peu perturbé, qui doit gérer le divorce de ses parents. Retrouvant son père qui gère un petit port nautique, Ben (John-Paul Howard) va faire connaissance avec Mallory (Piper Curda), sa collègue de travail et à partir de là, le film va s'enliser dans le déjà-vu, avec un groupe de jeunes qui vont lui chercher un peu des embrouilles et une romance naissante mais qui n'apportent absolument rien à l'histoire en elle-même en fait. Toutes les scènes qui se focalisent sur la vie de Ben "hors créature" viennent ralentir le rythme et ne servent qu'à allonger la durée du film. Quel est l'intérêt de nous montrer la charmante Gabriela Quezada Bloomgarden faire du rentre-dedans à Ben puisqu'on ne la reverra plus ensuite, tout comme ses amis un peu taquin d'ailleurs ? Le coup du nouvel arrivant qui se fait chahuter par la bande locale, on connaît par cœur, merci de passer à autre chose. Il est vraiment dommage que les Pierce aient autant mis en avant ces événements somme toute anodins, banals et souvent ennuyeux car lorsqu'ils se recentrent sur les scènes de peur et d'angoisse, ils se montrent largement plus à l'aise et ont des choses à proposer.



La créature, dont on ne voient au départ que les mains griffues et les yeux dans la pénombre, se montre assez flippante lors de certaines séquences, les réalisateurs jouant avec un autre cliché mais qui fonctionne toujours : la contorsion ! Les possédés sont en effet capable de faire des mouvements avec leur membres qui demandent une vraie maîtrise corporel et qui font grincer des dents le public. Déjà-vu mais efficace ! L'ambiance est bien travaillée, parfois même malsaine, à l'image du petit garçon voyant sa mère de dos, entièrement nue, et qui est possédée par la créature maléfique. On ressent l'influence de nombreux films dans The Wretched, on pense par exemple à Vampire vous avez dit Vampire ? quand Ben observe ses voisins à la jumelle ou à Ça, principalement lors de la dernière demi-heure dans laquelle le jeune héros s'enfonce dans l'antre de la créature, une souche d'arbre camouflant des dédales souterrains qui bénéficient d'un vrai travail au niveau du décor, extrêmement minutieux.



Le mélange film de possession / créature semblant issue du paganisme fonctionne également bien, les effets-spéciaux ainsi que les maquillages sont de grande qualité pour un film à faible budget qui s'adresse avant tout aux ados avides de sensations fortes, le film tentant aussi de surfer sur la vague Stranger Things qui a remis au goût du jour la décennie 80. La séquence dans laquelle la créature déchire le ventre d'une victime pour en sortir est vraiment très bien conçue. Le développement du mythe autour de cette créature des bois n'est pas mal foutu en plus et son pouvoir se montre très intrigant, tout comme le twist proposé même si je l'ai trouvé un peu tiré par les cheveux. Mais malgré ces bons points, je n'ai pas pu m'empêcher de ressentir une impression mitigée durant ma vision de The Wretched. On sera néanmoins heureux du succès inespéré que le film a remporté et on lui souhaite de convaincre un public encore plus nombreux dans les prochains mois.


Disponible en DVD et BR chez -> KOBA FILMS <-






Du même réalisateur :