RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Dan Curtis

Scénariste
Richard Matheson

Date de sortie
1974

Genre
loups-garous

Tagline


Cast
Peter Graves
Clint Walker
Jo Ann Pflug
Philip Carey
Don Megowan


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Bob Cobert

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)
L'écrivain et ancien chasseur John Wetherby est appelé en renfort par le shérif local pour enquêter sur une série de meurtres violents. Les indices sont très étranges, car les traces laissées sur le lieu des meurtres ressemblent à celles d'un loup mais de 4 empreintes, elles passent ensuite à 2, comme si l'animal marchait sur deux pattes. Les habitants commencent à croire que c'est un loup-garou et les meurtres se poursuivent. Wetherby contacte son vieil ami, le chasseur émérite Byron Douglas, pour l'aider à retrouver l'animal. La chasse commence...



L'AVIS :

Ayant principalement œuvré pour la télévision, le réalisateur Dan Curtis est bien connu des fantasticophiles grâce à ses téléfilms de qualité, tels The Night Strangler, Dracula (1974), Trilogy of Terror, Dead of Night ou le très bon La Malédiction de la Veuve Noire entre autres, sans oublier le long-métrage Trauma réalisé en 1976, dont le final en a terrifié plus d'un. En 1974, sur un scénario de Richard Matheson, il réalise donc Scream of the Wolf, toujours pour la télévision. Avec pour acteur principal le charismatique Peter Graves, héros de la série Mission Impossible bien sûr, Le Cri du Loup, titre francisé pour sa sortie en DVD, nous entraîne à démêler le vrai du faux dans une série de meurtres violents qui seraient imputables à un loup selon le personnage joué par Graves.



Mais un loup colossal et qui possède de curieuses caractéristiques, comme les empreintes trouvées sur les lieux des crimes le révéleront lors de l'enquête du shérif, joué quant à lui par Philip Carey. Des empreintes qui laissent planer un doute puisque de quatre empreintes, elles passent à deux puis disparaissent. Loup ? Humain ? Ou bien les deux à la fois ? Pour la population locale, le doute n'est pas permis : le coupable ne peut être qu'un... loup-garou ! Avec son ambiance policière, Le Cri du Loup nous propose bien sûr divers suspects potentiels ! Serait-ce le héros lui-même ? Son curieux et mystérieux ami chasseur Byron Douglas (l'acteur Clint Walker), qui tient des discours philosophiques sur la nécessité de vivre dans le danger permanent pour se sentir vivant et qui aimerait bien que la population se re-dynamise grâce à ses macabres événements ? Ou bien le gardien de maison de Byron, le tout aussi curieux Grant (Don Megowan) et son allure patibulaire ? Et pourquoi pas le shérif, qui est aussi un solide gaillard et qui aurait tout le loisir de camoufler des preuves avant de rameuter du renfort ?



Avec une mise en scène classique, qui ne sort jamais Le Cri du Loup de sa dimension télévisuelle (on se croirait vraiment dans un long épisode d'une série-télé), Dan Curtis, sans jamais céder à l'appel des effets-spéciaux ou à la violence (ce téléfilm en est totalement dépourvu et peut être vu par n'importe quel public) parvient à créer une atmosphère intéressante qui maintient un certain suspense, avec caméra subjective lors des attaques, brouillard et hurlements de loup à foison. Certes, on aura connu Dan Curtis plus inspiré et Le Cri du Loup ne fait pas partie de ses meilleures réalisations mais de par sa courte durée (73 minutes) et le mystère entourant les différents meurtres, j'avoue que j'ai pris un certain plaisir à le visionner. Clint Walker tire son épingle du jeu avec ses divagations philosophiques et son attitude intrigante, qui en font un parfait suspect, notamment quand on apprend que lors d'une chasse au loup au Canada, il s'est fait mordre par l'animal. Mais comme tout est possible dans ce genre d'histoire, le mystère reste intact.



Si l'explication finale pourra peut-être en décevoir certain, si le rythme plutôt pépère mis en place pourra en assoupir d'autres, Le Cri du Loup fait néanmoins partie de ces petits téléfilms 70's qui possède un charme indéniable et qui, malgré des défauts et un manque de budget flagrant, sait tirer partie de ces contraintes pour réussir à divertir ce qu'il faut son public. Rien d’inoubliable, loin s'en faut, mais Dan Curtis prouve qu'il sait bien mettre en images les histoires qu'on lui propose.

Disponible en DVD chez BACH FILMS