RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Cliquez pour noter..
Jeune immigrée turque vivant en Autriche, Ozge est chauffeur de taxi. De retour du travail, elle découvre le corps inerte et ensanglanté de sa voisine d’en face mais pas seulement : dans la pénombre de l’appartement d’en face, un homme la regarde et semble persuadé que notre taxidriver l’a vu également... Très vite, Ozge va se retrouver traquée par ce mystérieux individu qui veut impérativement éliminer l’unique témoin de son meurtre.



L'AVIS:

Présenté au BIFFF (Bruxelles International Fantastic Film Festival) ou encore à l’Etrange Festival, "Cold hell" reçut notamment le Prix du Jury au Festival de Beaune, un festival dédié au cinéma policier.
Vous l’aurez compris rapidement en voyant le nom et la thématique des festivals cités juste avant, nous sommes ici sur un film qui s’inscrit certes dans le cinéma policier mais également dans le cinéma fantastique du fait que ce dernier nous offre une traque angoissante avec un serial killer aux méthodes horribles et radicales.

Tout cela c’est bien beau mais le film en lui-même, ça vaut quoi ? « Un film sélectionné au BIFFF et à l’Etrange Festival ne doit pas être mauvais » me direz-vous. Oui, ce n’est pas faux mais ne sait-on jamais (un film mauvais peut très bien se retrouver dans la programmation de plusieurs gros festivals européens hein ! Cela s’est d’ailleurs déjà vu à de multiples reprises...). Mais ici rassurez-vous : nous avons là un film pas vilain du tout, avec certes ses défauts mais également son capital sympathie ! Allez hop, c’est parti !



Dans le cinéma fantastique, les femmes fortes ne sont pas en reste et nombreux sont les personnages féminins à serrer les poings, donner du fil à retordre à des tueurs ou encore taper du monstre (on pense forcément à des Ellen - "Alien" - Ripley, Laurie - "Halloween" - Strode, Sidney - "Scream" - Prescott, Sarah - "Terminator" - Connor, Nancy - "Freddy" - Thompson, Sally – "Massacre à la tronçonneuse" - Hardesty et en pagaille Alice dans "Resident Evil", Selene dans "Underworld", Carrie White dans "Carrie", Hit-Girl dans "Kick-Ass", Jennifer Hills dans "I spit on your grave", Leeloo dans "Le cinquième élément", Clarice Starling dans "Le silence des agneaux" et "Hannibal"... sans oublier les femmes fortes du film "The descent", Erin dans "You’re next", Furiosa dans "Mad Max : fury road" ou encore Jen dans "Revenge"...). La liste, vous l’aurez comprise, est longue et non exhaustive et nous pouvons aujourd’hui y rajouter Ozge sans aucune hésitation !
Froide, ténébreuse, revancharde et obstinée, notre héroïne est également une férue de boxe thaïlandaise (on aura droit à quelques altercations bien musclées de la jeune femme) et va clairement faire suer son agresseur. Et si la proie devenait le prédateur ?...

Face à elle, nous avons un homme caché dans la pénombre durant une bonne partie du film pour finalement se montrer dans la lumière lors d’une scène pleine d’adrénaline où notre agresseur tente de supprimer Ozge dans son taxi. Un serial killer dont les motivations ne doivent pas être prises à la légère car ce dernier fait preuve d’un sadisme à toute épreuve : égorgeur et adepte de la torche humaine pour ce qui est de supprimer les gêneurs qui pourraient l’identifier, ce dernier suit un protocole bien précis pour tuer ses proies (toutes des prostituées musulmanes) choisies au préalable : d’abord il les écorche vives puis il leur verse de l’huile bouillante dans la gorge, rien que cela ! Un peu malade le bonhomme ? Oui, complètement !



Un jeu du chat et de la souris s’ouvre donc ici dans "Cold hell" entre nos deux personnages. Une traque intense qui offre au scénario une belle dynamique à défaut de manquer d’originalité.

Car c’est bien là le principal défaut de notre film : l’histoire a beau être rythmée (combat dans une voiture lancée à pleine vitesse en milieu urbain, course-poursuite dans un métro, combat de boxe thaïlandaise loin d’être réglo...), elle manque cruellement d’inventivité. Et même si le scénariste met en place une intrigue secondaire ma fois intéressante (la famille d’Ozge ne manque pas de piquant, entre affaire de pédophilie et communication rompue entre une fille et son père, sans oublier la vie de famille perturbée de sa cousine entre adultère, décès et garde d’enfant), cette dernière ne nous fait pas oublier que cette enquête policière n’est guère passionnante et manque cruellement de rebondissements (si ce n’est ce passage dans la première partie du film où notre tueur en série se trompe de victime...)



Au final, "Cold hell" est un honnête petit film de serial killer qui offre quelques bons moments intenses et angoissants comme par exemple ce combat dans une voiture ou encore cette petite altercation dans le métro. Même si l’histoire reste basique dans son intrigue, celle-ci se suit sans réel déplaisir et nous gratifie d’une héroïne combattante qui va clairement donner du fil à retorde à son agresseur dont la détermination est pourtant bien présente !
Ca vaut quand-même plus que la moyenne !

Teaser :










Du même réalisateur :

ANATOMIE 2