RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Votre note: -
Moyenne: 5.5
(2 votes)


Après un été qui a duré près de dix ans, l’hiver est arrivé. Daenerys Targaryen, accompagnée de son armée et de ses dragons, se dirige vers Westeros à la recherche de nouveaux alliés. De son côté, Jon Snow cherche à unifier les maisons du nord ainsi que les Sauvageons pour affronter l’armée des Marcheurs Blancs qui approche. A Port-Réal, Cersei Lannister, plus isolée que jamais, a repris le trône de fer et s’efforce de conserver le pouvoir. Pour s’opposer à la menace de l’armée des morts menée par le Roi de la Nuit, des alliances inattendues seront nécessaires...




L'AVIS :

L'annonce est tombée peu de temps après la diffusion de la saison 6 : il ne restera plus que deux saisons pour clore cette magnifique et épique saga qu'est Game of Thrones ! Arghh l'étau se resserre ! Puis une seconde nouvelle : la saison 7 ne comportera seulement que 7 épisodes au lieu des 10 habituels ! Hein ??!! c'est quoi ce délire !! On se rassure en apprenant que l'épisode 7 aura une durée de 80 minutes mais bon, quand même. Bref, il n'y a plus de temps à perdre pour les showrunners de la série et c'est précisément ce qui explique ce dont les fans ont le plus reproché à cette saison : les anomalies de temps.



Avant, dans les six saisons précédentes, pour aller d'un lieu à un autre, les personnages mettaient souvent plusieurs épisodes avant d'atteindre leur but. Sauf qu'on n'a plus le temps pour ça. Les fans connaissent la carte des Sept Couronnes par cœur désormais, ca fait soixante épisodes que leurs personnages favoris la parcourent en long et en travers. Ce qui semble alors être une anomalie devient en réalité une obligation qui répond à une réelle logique : il faut avancer et vite et tant pis pour les grincheux. Tout comme certaines saisons, certains épisodes, prenaient leur temps de mettre en place les intrigues, cette saison 7 a un objectif clairement différent : miser sur l'action, le rythme. Il n'y a que sept épisodes rappelez-vous ! Énergique et épique, voici les deux maître-mots des sept épisodes proposés et quels épisodes ! C'est bien simple, cette saison 7 est spectaculaire et ce, à plus d'un titre. Après un premier épisode qui pose les bases, chaque épisode suivant nous donne l'impression d'assister à un final season et nous offre un spectacle grandiose, majestueux, d'une puissance phénoménal, tout en conservant de l'émotion bien évidemment.



On ne compte plus les morceaux de bravoure qui parsèment cette saison 7 : l'arrivée de Daenerys (qui n'a jamais été aussi belle), à Peyredragon ; l'attaque de sa flotte par la flotte d'Euron Greyjoy, nouveau méchant de la saga ; l'attaque de l'armée Lannister par Daenerys et ses dragons, qui bénéficient d'une modélisation 3D hallucinante de réalisme ; le fabuleux épisode 6 qui voit un groupe de personnages s'aventurer au-delà du mur et affronter l'armée du Roi de la Nuit, épisode proprement dantesque et qui nous assène un dernier uppercut avec son twist sensationnel et j'en passe. Cette saison 7 est également marqué par le rapprochement des principaux protagonistes, tel Jon Snow allant à la rencontre de Daenerys (le feu et la glace, bien que certain préfère voir dans le titre original du cycle des romans de George R.R. Martin la rencontre entre Daenerys et le Roi de la Nuit...) ou Arya retrouvant Sansa et Bran à Winterfell entre autres.



Et que dire de l'épisode 7 et de cette réunion au sommet, dans un magnifique décor antique, des deux prétendantes au trône de fer, chacune entourée de leurs alliés ? Un passage mémorable, qui renoue avec les joutes verbales et donne l'occasion à Tyrion de s'imposer une nouvelle fois dans une séquence forte en émotion. Tout aussi mémorable sera l'attaque du mur par le Roi de la Nuit, disposant dorénavant d'un allié de taille et qui offre à nos yeux des images d'une beauté visuelle marquante. L'arrivée de Samwell Tarly à Winterfell et son discours face à Bran confirme ce qu'on avait évoqué dans la saison précédente et augmente encore l'intérêt de cette saison, d'une qualité exceptionnelle et ce, à tous les niveaux.



6/6 - Stéphane Erbisti