RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Auteur
Marianne Chaillan

Editeur
Equateurs philosophie

Date de sortie
2019

Nombre de pages
240

Langue
français

Couleur
Non



Votre note: -
Moyenne: 5
(1 vote)


"Si vous pensiez que ça allait bien finir, c'est que vous n'aviez pas été très attentifs" : cette réplique du cruel Ramsay Bolton résonne autrement depuis l'achèvement de la saga au succès mondial, Game of Thrones. Comment comprendre l'épisode final que de si nombreux fans ont jugé si décevant qu'une pétition de plus d'un million et demi de signataires a réclamé de tourner à nouveau la dernière saison ? Et si justement l'analyse philosophique de cette fin pouvait nous permettre de surmonter notre déception en nous donnant des clefs de compréhension ? Tandis que la série s'achève, il est également temps de dresser, à la manière du Hall of Faces de Braavos - ces visages alignés sur les murs du temple des Sans-visages - un portrait définitif des merveilleux personnages de la saga. De quoi Daenerys est-elle le nom ? Que nous a appris Cersei Lannister ? Quelle leçon de sagesse nous livrent Jon Snow ou Arya Stark ? Bref, à travers sa conclusion et ses personnages, il est temps d'expliciter la sagesse de Game of Thrones

L'AVIS :

SPOILERS POSSIBLES, NE LIRE QUE SI VOUS AVEZ VU LA SAISON 8

Comme des millions de spectateurs à travers le monde, je suis un grand fan de la série Game of Thrones et de l'univers créé par George R.R. Martin. Et comme des millions de spectateurs, la saison 8, l'ultime saison, m'a laissé un curieux goût dans la bouche. Visuellement, c'est toujours du très haut niveau mais certains choix ou comportements de nos personnages préférés nous sont apparus incompréhensibles voire même illogiques au vu de leur parcours et de leur évolution au fil des sept saisons précédentes. Pour ma part, le plus "étrange" restant la soudaine crise d'hystérie de ma chouchoute, Daenerys Targaryen, qui a œuvré depuis son adolescence (saison 1) à sa vie d'adulte à être "la briseuse de chaînes", celle qui apporte justice et humanité à un monde qui en est dépourvu et qui, d'un coup d'un seul, se met à éradiquer à l'aide de son dragon des milliers d'innocents en faisant tout cramer à Port-Réal, alors qu'il lui suffisait d'aller incendier le Donjon Rouge dans lequel se trouvait sa véritable ennemi, Cercei Lannister. Une crise de folie qu'on a du mal à s'expliquer, le fait qu'elle soit une Targaryen, peuple dont la folie est connue de tous, ne pouvant suffire à justifier cet acte de destruction massive.

Il en va de même pour les conseils de Tyrion Lannister, lui qui, d'habitude, était si avisé et si connaisseur de la nature humaine qu'il savait prendre les décisions les plus sages. Dans cette saison 8, il ne fait quasiment que de mauvais choix, qui vont entraîner la perte de Daenerys. Que dire également de l'inaction de Cercei, celle à qui on ne l'a fait pas, celle qui a toujours un plan B diabolique pour se tirer d'affaire ou exterminer ses ennemis (rappelez-vous son superbe plan B pour se débarrasser du Grand Moineau et de la Foi Militante dans la saison 6) et qui, dans cette saison 8, attend patiemment le courroux de Daenerys sans avoir... aucun plan B pour se tirer d'affaire justement. Bref, malgré des qualités certaines et évidentes, l'ultime saison de Game of Thrones nous laisse dans le flou, et ce n'est pas la décision de faire de Bran le roi du royaume des Sept Couronnes qui va venir corriger le tir. Et quid du pouvoir d’Arya Stark de changer de visage, capacité totalement zappée ici ?

On le sait, les romans de George R.R. Martin s'arrêtent à la fin de la saison 5. Les créateurs de la série, David Benioff et D. B. Weiss, ont donc du "inventer" la suite de l'histoire, de la saison 6 à la saison 8, mais toujours avec la présence de George R.R. Martin. Les choix si discutés de la saison 8 n'ont donc pas pu se faire sans l'aval du vrai créateur de l'univers Game of Thrones ou, tout du moins, ce dernier a certainement au son mot à dire voire même a donné aux deux créateurs de la série sa vision de comment se clôturé sa saga. Il me semble inenvisageable que Martin ne soit pas intervenu à ce niveau. Reste que de nombreuses questions restent en suspens après la vision de la huitième saison.

Marianne Chaillan, auteur de Game of thrones : une fin sombre et pleine de terreur, est une grande fan de la série, elle a d'ailleurs précédemment écrit Game of Thrones, une métaphysique des meurtres en 2017. Et comme tous les spectateurs, elle a failli s'étouffer devant le choix et les actions de ses personnages favoris au cours de cette ultime saison. Professeur de philosophie également, elle a laissé passé un peu de temps et a tenté de comprendre ces choix. Étaient-ils dus à la folie des scénaristes qui ont oublié tout le parcours des personnages ? Étaient-ils dus à George R.R. Martin et dans ce cas, nous, pauvres spectateurs, n'avons rien à dire ? Mais surtout, à bien y réfléchir, n'étaient-ils pas ce qu'ils devaient être en fin de compte ? Là où les spectateurs n'y voient qu'illogisme et trahison, un philosophe n'y verrait-il pas en fait logique et sagesse ?

A travers les pages de Game of thrones : une fin sombre et pleine de terreur, Marianne Chaillan analyse philosophiquement la saison 8, la décortique minutieusement mais de manière simple et très agréable à lire, revient sur le parcours et les choix de cette saison 8 concernant les personnages principaux et les met en exergue à la pensée de divers grands philosophes (Kant, Spinoza, Montaigne...), éclairant alors de façon claire et précise ce qu'on pouvait trouver illogique. Connaissant la série sur le bout des doigts, Marianne Chaillan nous livre ses clefs de compréhension de cette ultime saison et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle s'y prend merveilleusement bien puisqu'il est difficile de ne pas adhérer à son analyse, brillante, intelligente et avisée.

La seconde partie de son livre nous dresse le portrait détaillé des principaux personnages de la saga et nous retrace leur parcours, avec, en filigrane, leur destiné s'achevant dans cette saison 8, toujours avec des détails et des clefs de compréhension qui, au final, nous font faire marche arrière et nous dire : c'est vrai, en fait, cette saison 8 est d'une logique à toute épreuve et ne pouvait se conclure que comme ça !

L'influence maléfique du Trône de Fer, la soif de pouvoir, a mis à mal les personnages de Game of Thrones et tous s'y sont brûlés les doigts. La lecture de Game of thrones : une fin sombre et pleine de terreur parvient à nous faire prendre conscience de cet état de fait et réussi l'exploit de nous réconcilier avec cette ultime saison tant décriée mais qui, après lecture de ce livre, nous apparaît en définitive d'une rigueur et d'une exemplarité rare.


5/6 - Stéphane Erbisti