RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Fran Rubel Kuzui

Scénariste
Joss Whedon

Date de sortie
1992

Genre
vampires

Tagline


Cast
Kristy Swanson
Luke Perry
Donald Sutherland
Paul Reubens
Rutger Hauer


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Carter Burwell

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(2 votes)
Pom-pom girl dans un lycée de Los Angeles, Buffy Summers ignorait qui elle était vraiment jusqu'au jour où elle rencontre Merrick Jamison-Smythe. Ce dernier lui apprend qu'elle est l’Élue, une tueuse de vampires. Après une formation accélérée, dans laquelle Merrick apprend à Buffy comment lutter contre les vampires, celle-ci va devoir mettre sa vie de lycéenne de côté car elle va devoir affronter Lothos, le plus féroce des descendants de Dracula, et son armée de vampires...



L' AVIS :

Hein ? Mais elle est où Sarah Michelle Gellar sur la photo ? Et j'ai jamais vu Luke Perry dans la série, c'est quoi cette arnaque ? Ah, c'est pas la série ? Eh bien non, car la plus célèbre tueuse de vampires de l'univers n'a pas attendu 1997 pour manier le pieu et la croix sur les écrans ! En 1992, suite au succès du Dracula de Coppola, les vampires ont à nouveau la côte et un certain Joss Whedon se dit que c'est enfin l'occasion de concrétiser son projet concernant une jeune lycéenne qui apprendrait que son destin est d'être chasseuse de vampires. C'est ainsi que voit le jour Buffy Tueuse de Vampires, d'après un scénario du futur réalisateur des deux premiers films de la trilogie Avengers donc. Malheureusement pour lui, les producteurs, dont fait partie la réalisatrice Fran Rubel Kuzui, ne respecte pas le matériau d'origine proposé par Whedon et ce dernier, franchement pas content de ces divergences d'interprétation, décide de quitter le tournage. Il prendra sa revanche en 1997 avec Buffy contre les Vampires, une des séries-télévisées les plus importantes de cette période, devenue culte de par le monde. Toujours est-il que le film de 1992 existe et qu'il faut bien en parler. Pour interpréter la jolie Buffy, la production avait pensé au départ à Alyssa Milano mais c'est au final la blonde Kristy Swanson qui est retenue.



Un choix que votre serviteur approuve à 110%, étant tombé sous son charme dès 1986, quand elle interprétait le rôle principal dans L'Amie Mortelle de Wes Craven. En tant que Buffy Summers, elle assure un max et son corps de rêve, associé à son visage angélique et son sourire à se damner font des merveilles. Franchement, même si j'adore Sarah Michelle Gellar évidemment, je trouve que Kristy Swanson aurait aussi été convaincante dans la série. Au début du film, elle interprète la blonde dans toute sa splendeur : superficielle, dépensière et pom-pom girl par dessus le marché ! Tous les stéréotypes, tous les clichés sont réunis dans Buffy, jusqu'à sa rencontre avec le vieux Merrick, interprété par Donald Sutherland. Ce dernier est l'équivalent de Rupert Giles dans la série. Une fois que son destin de Tueuse est accepté, le comportement de Buffy va changer petit à petit, la jeune fille délurée et frivole devant responsable et bien plus mature. Comme dans la série, on décèle déjà dans ce film les intentions de Joss Whedon : mettre en avant une vraie héroïne féministe, parler des difficultés rencontrées par les adolescent(e)s au collège ou au lycée, traiter de la responsabilité et j'en passe. Bien sûr, les thèmes récurrents de la série ne sont ici qu'effleurés, pas le temps en 86 minutes de les développer mais ils sont présents en tout cas, preuve que Joss Whedon savait déjà en 1992 parfaitement là où il voulait aller avec sa création.



Alors oui, Buffy Tueuse de Vampires ne possède pas l'éclat ni la grâce de la série-télévisée. L'humour n'est pas très fin, l'aspect teen-movie est un peu trop mis en avant et de manière assez balourd en plus. Donald Sutherland a bien du mal à se montrer convaincant (il faut dire qu'il n'aimait pas ses dialogues, a tout réécrit et s'est donc pris la tête sur le tournage avec l'équipe dont Whedon), Rutger Hauer en maître-vampire n'est pas non plus à son aise dans son costume et cape et il frise même le ridicule, tout comme Paul Reubens d'ailleurs et sa coupe de cheveux hirsute. Les amies de Buffy (dont une toute jeune Hilary Swank) sont transparentes et cabotinent un peu trop, ce qui nous les rend assez vite insupportables. Quant au regretté Luke Perry, il ne s'en sort pas si mal en loser qui va tomber sous le charme de notre Tueuse en herbe, ce couple improbable nous donnant même une très jolie scène romantique lors du bal de fin d'années, mais on a connu l'acteur plus investit quand même. David Arquette, dont c'était l'un des premiers rôles, nous fera sourire sous son aspect de vampire mais on ne peut pas dire non plus que son rôle restera mémorable. Clairement étiqueté "comédie fantastique pour ados", Buffy Tueuse de Vampires est souvent considéré comme un nanar par ceux qui l'ont vu et c'est vrai qu'on ne peut pas tout à fait leur donner tort. Pourtant, on ne s'ennuie jamais face à ces péripéties vampiriques et on s'y amuse souvent, Buffy ayant déjà un caractère bien trempé et une répartie de tous les instants, ce qui nous vaut quelques dialogues bien sentis et savoureux.



L'évolution du personnage est intéressante et il est impossible de ne pas ressentir de l'empathie envers elle, passant de petite peste à jeune fille solitaire abandonnée par ses amies car sa mission devient prioritaire sur l'achat de fringues ou de chaussures. C'est vrai que le charme de Kristy Swanson y est pour beaucoup et on lui pardonne aisément ses coups de poings et de pieds qui semblent être exécutés au ralenti, tout comme l'ensemble des scènes d'action d'ailleurs. La Buffy 1992 n'est pas John Wick, ça c'est sûr. Mais est-ce vraiment la faute de l'actrice si elle est mal dirigée ? Avec tous ces défauts pointés du doigt, comment expliquer que j'ai bien apprécié la vision du film ? Vous le savez, je suis super bon public et j'ai un seuil de tolérance assez élevé mais c'est vrai que Buffy Tueuse de Vampires est difficilement défendable sur bien des points. Pourtant, il s'en dégage au final un charme et une naïveté qui font que je l'ai pris en affection. Peut-être est-ce parce que je l'ai visionné en VOSTF et pas en VF. Car la version française est juste une horreur sans nom et ferait passer n'importe quel film pour un navet cinq étoiles. Vous vous rendez quand même compte que dans la VF, Buffy devient "Bichette la Terreur" et que Pike (Luke Perry) devient "Marcel" ! Faudrait que les doubleurs arrêtent la fumette aussi...


La bande-annonce :



Disponible en DVD et BR chez MOVINSIDE






Du même réalisateur :