RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)
Bienvenue au Hell Fest. Dans ce parc d'attraction géant à ciel ouvert, on vient pour se faire peur. Décors angoissants, mises en scènes effrayantes, les visiteurs rivalisent d’invention pour se terroriser les uns et l’autres. Ça crie, ça hurle et ça se poignarde... pour de faux bien sûr ! Sauf qu’un tueur, bien réel, a décidé de faire du parc son terrain de chasse. Il prend pour cible Natalie et ses amis, venus fêter leurs retrouvailles. Comment convaincre les autorités qu’un serial killer sème la mort autour de lui quand la mort est l’attraction la plus festive du lieu ? Au Hell Fest, tout le monde vous entend crier, mais personne ne vous croira !



L'AVIS :

En 1981, Tobe Hooper envoyait déjà un groupe d'ados se faire décimer dans un parc d'attraction dans son "Massacres dans le Train Fantôme". "The Park 3D" (2003), "Destination Finale 3" (2006), "Dark Ride" (2006) ou "Funhouse Massacre" (2015) ont eux aussi utilisé le décor d'un parc d'attraction pour faire frissonner le spectateur en mal d'émotions fortes. Dernier rejeton en date qui s'inscrit dans cette mouvante, le Hell Fest de Gregory Plotkin (à qui l'on doit "Paranormal Activity 5 : ghost dimension"), qui se classe d'emblée et sans aucun problème dans le TOP 3 des films utilisant cette imagerie de la fête foraine. Cerise sur le gâteau, c'est la période d'Halloween qui a été choisi pour situer l'action du film, ce qui fait que tout le parc n'est dédié qu'aux monstres et aux attractions qui font peur !



A l'écran, le résultat est hors du commun : jamais on ne s'est retrouvé autant immergé dans cette ambiance à la fois festive et macabre. Si certaines scènes ont été filmées en studio, une grande partie du film se déroule en décor naturel et on ne rêve que d'une chose : se retrouver à la place des acteurs pour naviguer dans les coursives et les labyrinthes de ce parc gigantesque peuplé de créatures aux costumes saisissants qui n'hésitent pas à vous poursuivre ou vous sauter dessus pour vous foutre la frousse de votre vie. On saluera l'équipe technique dédiée aux décors et aux costumes parce que leur travail est tout bonnement prodigieux. Le meilleur parc d'attraction dédié à l'horreur, c'est bel et bien ce Hell Fest qui va nous en donner pour notre argent. Bien sûr, si le film se contentait de nous faire suivre les six protagonistes principaux déambuler parmi les attractions, ça deviendrait peu excitant à la longue même si, visuellement et esthétiquement, on en prend plein la vue. Gregory Plotkin, qui connaît bien ses classiques du genre, va donc aller jouer du côté du slasher movie en incluant un mystérieux tueur dans son casting. Evidemment, le fait que la thématique du parc soit Halloween ne va pas aider nos six héros à s'en sortir face à cette menace puisque tous les employés du parc ainsi qu'une grande majorité du public sont déguisés en monstres ! Le tueur passe donc totalement inaperçu au beau milieu de cette foule masquée et costumée, ce qui lui permettra de commettre ses méfaits de façon quasi invisible. Les codes du slasher sont utilisés à bon escient par le réalisateur et le tueur semble faire fi des limites du temps et de l'espace, apparaissant ou disparaissant comme par enchantement auprès de ses futures victimes, comme Jason Voorhees dans la saga Vendredi 13 par exemple.



Un tueur qui sait prendre son temps, qui observe ses proies tel un prédateur, qui joue avec elles comme un chat avec une souris. Si le nombre de meurtres n'est pas très élevé dans Hell Fest, le réalisateur privilégiant l'angoisse, le suspense et les effets de mise en scène pour faire monter la tension et le stress du public, on note quand même deux tueries assez réjouissantes et bien gores, avec par exemple un éclatement de visage à la masse ou une seringue enfoncée entièrement dans un œil, aiguille et tube compris ! Alors oui, Hell Fest ne révolutionne en rien le slasher movie mais cette série B fort sympathique tire sa force de son hallucinant décor, de sa charmante actrice principale (Amy Forsyth, vue dans "Torment" en 2013 ou "A Christmas Horror Story" en 2015), de ses scènes à suspense rondement menées, de son imagination visuelle (la très belle séquence se déroulant au milieu de mannequins portant des masques blancs) et de sa mise en scène qui fait le job.



L'ultime séquence permet même à Hell Fest de se clôturer sur une bonne touche d'humour noir. Le film de Gregory Plotkin est au final un neo slasher de qualité, bien filmé, bien photographié, interprété très correctement par un casting d'acteurs et d'actrices qui s'en sort bien, parrainé il faut dire par monsieur Tony "Candyman" Todd,qui vient faire un petit caméo pour l'occasion, comme il en a l'habitude. Niveau parc d'attraction horrifique, Hell Fest n'a rien à envier au célèbre festival de musique métal français du même nom : tous les deux sont bourrés d'énergie et d'envie de bien faire. Dans les deux cas, la mission est réussie...

Disponible dès le 19 janvier 2019 en DVD et Blu-Ray chez Metropolitan Vidéo.