RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Oliver Kienle

Scénariste
Oliver Kienle

Date de sortie
2017

Genre
thriller

Tagline


Cast
Frida-Lovisa Hamann
Friederike Becht
Christoph Letkowski
Agnieszka Guzikowska


Pays
Allemagne

Production


Musique
Heiko Maile

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)
Alors qu'elles n'étaient que des enfants, Sophie et Jessica ont assisté au meurtre de leurs parents. Sophie a été moins marqué par ce drame car Jessica, sa grande sœur très protectrice, lui a caché les yeux et bouché les oreilles durant l'assassinat. Vingt ans plus tard, Sophie est devenue une pianiste virtuose mais elle vit toujours dans l'ombre de Jessica qui, elle, est devenue paranoïaque et croit toujours qu'un danger menace sa petite sœur. La tension entre les deux sœurs augmente quand Jessica apprend que les deux meurtriers viennent de purger leur peine de prison et vont être relâchés. Lors d'une dispute, Sophie et Jessica ont un violent accident de voiture et Jessica y perd la vie. Sophie tente de reprendre une existence normale, libérée du poids de la présence de sa sœur. Elle se lit d'amitié avec un infirmier et commence une relation avec lui. Mais petit à petit, Sophie ressent la présence de Jessica à ses côtés. Même morte, il semble bien que Jessica veuille toujours veiller sur Sophie...



L'AVIS :

Après avoir eu pas mal de succès dans les divers festivals où il a été présenté (Beaune, les Arcs, Chicago, Munich...), voici que débarque en France le DVD de Vengeance à quatre mains, film allemand réalisé en 2017 par Oliver Kienle, qui signe également le scénario de ce thriller paranoïaque de bonne facture. C'est son second long métrage, le premier, Stronger than Blood datant de 2010. Avec une mise en scène efficace, classieuse et maîtrisée, Oliver Kienle nous plonge dans un drame familial qui va s'avérer bien tortueux, emmenant le spectateur et les personnages principaux au limite de la folie. En effet, après une séquence introductive nous expliquant le trauma des deux héroïnes, Sophie et sa sœur Jessica, l'histoire nous propulse vingt ans plus tard et nous constatons que si la blonde Sophie s'est plutôt bien remise du meurtre de ses parents, la brune Jessica vie toujours dans la tourmente et dans la peur. Devenue encore plus hyper protectrice envers Sophie, Jessica fait, sans le vouloir, vivre un enfer à cette dernière, étant constamment sous surveillance, même lors d'une audition de piano qui n'aura pas lieu à cause de la paranoïa qu'a développé Jessica.



Si le décès de Jessica lors d'un accident de voiture aurait pu donner une bouffée d'oxygène à Sophie, ce ne sera malheureusement pas le cas, et c'est tant mieux pour le spectateur qui va alors se demander s'il est en présence du fantôme de Jessica prenant possession de l'esprit de sa sœur ou si Sophie, qui paraissait avoir les pieds sur terre, ne serait pas victime d'un dédoublement de personnalité. De manière très habile, le réalisateur nous interroge et nous manipule avec des séquences intrigantes qui peuvent aboutir à diverses interprétations. Lorsque Sophie agresse son nouveau petit ami, elle est comme possédée par Jessica. Elle dira d'ailleurs ressentir la présence de sa sœur. Plus inquiétant encore, les messages laissés sur le répondeur de Sophie et dont la voix est clairement celle de Jessica, lui expliquant qu'elle a retrouvé la trace des deux assassins de leurs parents. Plus l'intrigue avance, plus la santé mentale de Sophie est mise à rude épreuve, sa personnalité se confondant de plus en plus avec celle de sa défunte sœur, ce qui se traduit carrément à l'image par le passage d'une actrice à une autre pour jouer le personnage de Sophie.



Frida-Lovisa Hamann, qui joue Sophie, et Friederike Becht, qui joue Jessica, sont franchement épatantes et portent le film sur leurs épaules. Elles donnent une vraie consistance à leur personnage respectif et parviennent vraiment à impliquer le spectateur dans cette histoire intense et psychologique. Consciente de ses pertes de repères et de sa descente dans la folie, Sophie ira jusqu'à s'attacher la nuit à son lit, de peur de commettre des exactions qu'elle n'arriverait pas à contrôler. Oliver Kienle traite son film de manière sérieuse et profondément déprimante. Il est rare de voir des rayons de soleil dans Vengeance à Quatre Mains au fur et à mesure de l'avancée des événements. La couleur dominante reste le gris, ce qui sied très bien à l'ambiance cafardeuse qui nous est présentée.



Le film nous réserve un petit twist final que les spectateurs les plus attentifs aux détails disséminés par le réalisateur auront sûrement devinés. Toujours est-il que Vengeance à Quatre Mains, sans être profondément original, est un thriller schizophrénique attachant, bien interprété, bien réalisé et à l'esthétisme travaillé qui parle aussi de la difficulté de faire le deuil d'une personne aimée. A découvrir...


Disponible en DVD chez ARP SELECTION






Du même réalisateur :