RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.3
(4 votes)
Au cœur de l’océan Pacifique, le sous-marin d’une équipe de chercheurs a été attaqué par une créature gigantesque qu’on croyait disparue : le Megalodon, un requin préhistorique de 23 mètres de long. Le sauveteur-plongeur Jonas Taylor doit risquer sa vie pour sauver les hommes et les femmes prisonniers de l'embarcation et affronter le prédateur le plus terrible de tous les temps...



L'AVIS :

Ah, un nouveau shark movie bénéficiant d'un budget plus que conséquent et qui va en plus sortir au cinéma en Imax 3D ! Voilà qui avait de quoi m'intéresser au plus haut point, étant friand de ce genre de spectacle mettant en vedette l'un des plus beaux prédateurs de la planète. Quand en plus le squale présenté ici est un Megalodon, que demander de plus ? Un scénario béton digne d'une tragédie de Shakespeare ? Des acteurs méritant un Oscar pour leurs prestations ? Des dialogues ciselés à la perfection ? C'est apparemment ce qu'auraient voulu certains spectateurs quand on lit les critiques négatives du film sur les forums ou autres conversations Facebookiennes qui relèvent de la Quatrième Dimension. J'en ai absolument rien à battre de toutes ces conneries. Moi, ce que je veux quand je vais voir un film avec un requin plus que géant, c'est avant tout un divertissement cinq étoiles, des effets-spéciaux qui en jettent, de l'action, des séquences d'attaques dantesques, des scènes sous-marines et d'autres au bord de la plage avec plein de monde dans l'eau, un refus de tout rendre crédible et de se laisser aller au grand n'importe quoi, un héros badass, de l'humour et un petit peu de violence. Si je veux voir un film de requin "sérieux", je me regarde pour la trentième fois "Les Dents de la Mer".



"En Eaux Troubles" en est l'antithèse totale et c'est tant mieux. Le film de Jon Turteltaub est en effet plus à rapprocher du "Peur Bleue" de Renny Harlin que du classique de Steven Spielberg. Et encore une fois, tant mieux. Du grand spectacle, "En Eaux Troubles" en a à revendre et possède absolument tous les ingrédients que j'ai cités juste avant. On jubile du début à la fin, et la première partie du film, située dans la base sous-marine, est franchement excellente, même s'il n'y a pas le moindre Megalodon à l'horizon. Par contre, on a droit à des images sublimes des profondeurs et cette mission d'exploration des grands fonds est des plus séduisantes, surtout en 3D. Les personnages sont évidemment caricaturaux mais si il y'en a qui n'ont toujours pas compris que c'est fait exprès et qui prennent ça au sérieux, je ne peux rien pour eux. Jason Statham fait du Jason Statham, c'est pour ça qu'on l'a embauché non ? Je trouve cet acteur charismatique, il ne se prend pas la tête et assure vraiment bien dans ce film, se la jouant héros (quasi) sans peur, qui n'hésitera pas à plonger en sachant qu'il y a un requin géant (mais vraiment géant hein !) sous l'eau. Honnêtement, personne n'irait plonger dans pareille situation, on se pisserait tous dessus et voilà. Bah pas Jason Statham ! Lui, il y va affronter le Megalodon !



Alors oui, les ronchons (ils sont malheureusement de plus en plus nombreux, ne prenant de plaisir à rien, analysant tout sur tout, oubliant le plaisir du simple spectateur pour mieux venir cracher leur fiel et se faire passer pour des supers cinéphiles de la mort qui tue qui ne peuvent prendre de plaisir à ce genre de spectacle décérébré) trouveront à redire et notamment que le personnage joué par Statham est très éloigné du héros du roman de Steve Alten qui a servi de base au scénario du film. C'est vrai qu'on ne s'en serait pas du tout douté hein. Jason Statham les gars. Tout est dit. On est dans un pur pop-corn movie sans autre prétention que celle de DIVERTIR. Et quand monsieur Megalodon fait son apparition, du divertissement, il y en. A foison. Ses attaques sont tellement puissantes que le son de la salle Imax en fait trembler les fauteuils ! Le caisson de basse a du prendre très cher !



Le réalisateur prend le temps avant de nous dévoiler entièrement sa monstrueuse créature dotée d'un superbe aileron mais quand il le laisse se faire admirer des spectateurs, c'est pour y aller à fond la caisse. Et de sentir mon sourire grimper jusqu'aux oreilles, comme un gosse devant un nouveau jouet. La scène de la plage avec tous ces baigneurs et leurs bouées est juste titanesque et procure un sentiment de jubilation assez incroyable. Oui, je sais, il n'y a rien de vraiment crédible là-dedans. Mais je m'en fous totalement. Je prends un maxi plaisir à suivre ces aventures océaniques mouvementées et j'en redemande encore ! Le réalisateur a dû m'entendre car il nous réserve une grosse surprise à laquelle on s'attendait, certes, mais qui nous procure à nouveau un immense bonheur de cinéphile amoureux de ces bandes déjantées qui ne se refusent rien. Ok, cette bande a coûté un max de thunes mais elle se voit à l'écran, c'est le moins que l'on puisse dire. Action tout azimut, effets spéciaux qui font le job et bien plus, vision de la jolie Bingbing Li, aventure, humour, tout est parfaitement dosé dans "En eaux Troubles", qui est le parfait blockbuster estival à voir durant la canicule dans une salle bien fraîche. Un roller-coaster énergique et ultra jouissif.









Du même réalisateur :