RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5
(2 votes)
Josh et Zach sont deux amis qui profitent de leur adolescence pour s’adonner à leurs occupations préférées : virées en vélos, discussions autour de filles, films et jeux-vidéos, expériences puériles... Bref une période de la vie qui manque à beaucoup d’entre nous assurément ! Mais voilà, tout va basculer le jour où les deux amis ainsi que deux autres potes à eux vont jouer avec un katana... Une tragédie qui va avoir des conséquences non négligeables sur les relations qu’entretiennent notamment les deux adolescents Josh et Zach...



L'AVIS:

Projeté dans une petite poignée de festivals en 2017 (dont le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg et Fantasia), "super dark times" a surtout été mis en avant par notre Rédaction suite à sa récompense obtenue en Suisse. En effet, le premier film de Kevin Philipps a reçu le Narcisse du Meilleur Film lors de la 17ème édition du Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF).

Après une sortie cinéma avortée, "super dark times" est apparu sur le sol français au Grand Public lors de sa diffusion sur la chaîne Netflix. Une petite porte empruntée par le film de Kevin Philipps que nous comptons agrandir un peu plus sur Horreur.com, le film n’ayant pas laissé de marbre votre rédacteur.



A la manière de films tels que "super 8", "stand by me", "it" ou encore la série "stranger things", il règne dans "super dark times" une ambiance très jeune avec ses adolescents que nous suivons tout au long de cette histoire mêlant les genres.
Teen movie, drame, thriller et film de tueur fou, le long-métrage de Kevin Philipps nous dépeint surtout une tragédie (le décès d’un jeune garçon) qui va chambouler le quotidien de notre petite bande de copains habitués jusque là à passer leur temps à parler flirts, jeux vidéos et cinéma ou encore à arpenter les rues de leur petite bourgade sur leurs vélos.

Une tragédie qui va tout bouleverser au sein de ce qui semblait être au départ un petit équilibre parfait permis par une amitié solide (nous pourrions presque parler de fraternité entre Josh et Zach tellement leurs liens semblent forts) dans laquelle planaient l’innocence, la candeur même, et l’insouciance d’une jeunesse (nous pensons inévitablement à "stand by me" de Rob Reiner) bien loin d’imaginer que le pire pouvait arriver dans leur entourage proche.

Alors que la première partie du film nous plonge dans le quotidien de nos jeunes ados (nostalgie, nostalgie...) avec beaucoup d’humour (tantôt puéril, tantôt vulgaire, mais faisant toujours mouche), cette tragédie soudaine va nous faire basculer dans un univers sombre, l’humour et la joyeuseté disparaissant au profit de l’angoisse, la peur, l’inquiétude permanente...

Car oui, nous savons que Josh a tué par accident l’un de ses camarades d’école et nous savons également que dans ce genre de petite bourgade un peu paumée la moindre disparition d’enfant peut prendre des proportions importantes et se retrouver au cœur de la plupart des discussions, à l’école comme dans la vie privée. Avec tous ces yeux et ces oreilles qui traînent un peu partout, Josh notre malheureux tueur malgré lui et son compère Zach (qui l’a aidé à cacher le corps) ont forcément peur d’être démasqués ou pire d’être dénoncés par quelqu’un qui aurait vu la scène de crime (ils étaient quatre d’ailleurs au moment des faits...).



Cauchemars et visions, tension, suspicions, culpabilité, paranoïa, jalousie, violence... Chacun va vivre la tragédie survenue d’une façon différente.
Alors que Josh va commencer à s’écarter des autres (souvent absent lors des cours à l’école, il voit également moins souvent son ami Zach) et devenir quelque peu agressif pour ne pas dire violent (nous pensons alors au sympathique "chronicle" de Josh Trank), Zach va quant à lui vivre une situation peu banale. Coincé entre la peur et l’inquiétude provoquées par ce meurtre auquel il a assisté et qui ne cesse de le perturber (visions d’horreur, cauchemars...), il se retrouve en parallèle dans un moment important de sa vie d’adolescent car une relation amoureuse forte vient de naître entre lui et la belle Allison. Onirisme et dure réalité se côtoient donc dans sa tête, le jeune homme étant quelque peu perdu, déstabilisé par ce trop-plein d’émotions qui l’envahit dans cette période plus que délicate.

Et pour nous dépeindre ce grand chamboulement dans la vie de nos jeunes ados, Kevin Philipps peut compter sur la performance de ses jeunes acteurs et actrices. Très bons dans leurs rôles respectifs, ces derniers permettent une crédibilité et une sincérité indispensables au bon déroulement de cette intrigue flirtant entre le drame et le thriller.
Avec ses personnages attachants et tellement différents les uns des autres (le ténébreux Josh, le candide Zach, la belle et envoûtante Allison, le moqueur Daryl, le discret Charlie...), "super dark times" nous réserve de bien agréables moments devant notre téléviseur, entre les dialogues amusants de sa première partie nous peignant une jeunesse innocente et insouciante et l’ambiance mêlant peur et paranoïa de sa seconde moitié bien plus sombre (à noter que la bande originale très portée sur les synthétiseurs colle parfaitement à ces deux ambiances diamétralement opposées).



Même si nous pourrons peut-être reprocher à "super dark times" un manque de rebondissements (l’intrigue demeure assez plate et tout semble reposer sur le jeu des acteurs et la façon bien spécifique à chacun de vivre cette tragédie soudaine) et un final un brin rentre-dedans, prévisible et expéditif (et qui du coup tranche radicalement avec cette force de narration montrée jusque là), nous ne pouvons toutefois cacher le plaisir ressenti à la projection du film de Kevin Philipps.

"Super dark times" demeure une sympathique expérience, très convaincante (aussi bien pour son casting que pour son intrigue) et surtout plaisante à suivre (le rythme est très correct, l’ambiance générale parfaitement retranscrite et les dialogues bien écrits n’y étant d’ailleurs pas étrangers).
Une première réalisation réussie pour un cinéaste qui sera peut-être à surveiller...








Du même réalisateur :