RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(1 vote)
Trois amis fans de snowboard se retrouvent coincés dans la montagne, faute d’hélicoptère ou de bus pouvant les redescendre vers la ville. Ils décident alors de rester dans une petite auberge-bar dans laquelle se déroule une petite fiesta nocturne pour fêter la fin de la saison de ski. Une soirée qui va tourner au cauchemar quand certaines personnes vont soudainement se transformer en zombies...



L'AVIS:

Les films de zombies, nous en mangeons à la pelle depuis le début des années 2000 et cela personne viendra nous contredire à ce sujet. Personnage le plus représenté dans le cinéma fantastique, le mort-vivant a été décliné à toutes les sauces et a surtout tendance depuis un bon paquet d’années à apparaître dans des comédies fantastiques dont seulement une petite poignée deviendront des petits incontournables ou carrément des films cultes aux yeux des cinéphiles (nous pouvons citer notamment "shaun of the dead", "bienvenue à zombieland", "Fido", "dead snow" et sa suite, "doghouse", "la horde", "new kids nitro", "poultrygeist", "plaga zombie: zona mutante", "goal of the dead", "Tokyo zombie", "zombie king", "dead meat", "dance of the dead", "zombie strippers"... sans oublier nos amis les animaux avec entre autres "zombeavers" et "black sheep"...) , la concurrence étant très rude et le nombre de films oscillant entre le « bof bof » et le réel navet, tout en passant par le « gentil loupé » ou le « peut quand-même mieux faire », est impressionnant.

Aujourd’hui nous allons nous focaliser sur un petit film autrichien passé quasi-inaperçu par chez nous malgré un titre français plutôt racoleur : "les zombies font du ski". Après un passage par le Festival d’Alpe d’Huez en 2018, "attack of the lederhosen zombies" (son titre original) nous est parvenu par la voie du VOD quelques temps après, l’occasion de voir ce que cette nouvelle comédie zombiesque a à nous proposer.



Bon, n’allons pas nous mentir, "les zombies font du ski" ne restera pas dans les annales et ne parviendra pas à se hisser parmi les meilleurs comédies fantastiques mettant en scène des zombies dont j’ai tiré juste avant une petite liste non exhaustive.

Non pas que le film de Dominik Hartl soit mauvais, loin de là, mais ses quelques petites erreurs (qu’elles soient scénaristiques ou graphiques) lui font cruellement défaut.
Deux choses négatives ressortent en particulier dans "les zombies font du ski" :

La première, probablement la plus importante, provient de l’aspect humoristique du long-métrage proposé. En effet, le film est très inégal à ce niveau et cela s’en ressent dès les premières minutes... Nombreux sont les gags qui font l’effet d’un pétard mouillé (beaucoup de répliques tombant à plat et certaines séquences devenant presque risibles) et c’est surtout dans son final que nous parviendrons enfin à sourire (je dis bien « sourire » car nous ne rions pas franchement dans ce petit film autrichien), "les zombies font du ski" virant alors dans un petit jeu de carnage inventif, fun et gore très appréciable que nous n’attendions plus vraiment il faut bien l’avouer.

Hormis cet humour maladroitement dosé, le rythme s’avère également un petit point faible du long-métrage de Dominik Hartl. « Petit » car effectivement "les zombies font du ski" réussit toutefois à insuffler un bon coup de peps à son histoire jusque-là basique et sans grand intérêt dans sa première partie (des personnes transformées en zombies par un sempiternel produit toxique et qui envahissent une fête dans une auberge-bar).
Parfois très blablateux (nous remplissons certains passages de la première partie du film avec des dialogues vides et clairement dispensables), "les zombies font du ski" ne vole pas bien haut scénaristiquement parlant, ennuie même par moments du fait de cette lourdeur et de cette fainéantise dans le script, et heureusement que la troisième et dernière partie rehausse indéniablement le niveau de ce qui nous a été proposé jusque là.

Un rythme inégal qui vient donc se coupler à un scénario creux, parsemé de facilités (la création des zombies, sous fond de message écolo, reflète d’un manque d’inspiration flagrant) et d’incohérences (une remontée mécanique facile à mettre en fonctionnement, une faculté incroyable pour se diriger dans la poudreuse en pleine montagne sans plan et sans boussole...). Un programme peu réjouissant aux premiers abords...



Et pourtant, même si trois facteurs pourtant essentiels (le rythme, le scénario et l’humour) sont touchés de plein fouet, tout n’est pas bon à jeter dans "les zombies font du ski".

Hormis les multiples clins d’oeil parsemés dans le film de Dominik Hartl (les fûts toxiques rappelant entre autres la saga culte "le retour des morts vivants" sont l’un des nombreux petits clins d’oeil dont je vous épargnerai une liste trop étendue avec des "dead snow", "la nuit des morts-vivants"...) et autres astuces déjà vues par le passé (à l’inverse de "deathgasm" dans lequel la musique déchaînait les Enfers, mettre de la musique pour stopper les zombies était déjà d’actualité dans le très sympathique "dance of the dead"), "les zombies font du ski" offre quelques touches d’originalité bienvenues, malheureusement quasi-toutes centralisées dans la dernière partie offrant au public un cocktail de mises à mort sympathiques perpétrées par des armes parfois inattendues : bâtons de ski, snowboard, banc, souffleuse à neige, vieille artillerie de la Seconde Guerre Mondiale...

Une dernière partie qui vous offrira notamment quelques effets gores réussis (décapitations, extirpation d’intestins, visage arraché...) et des maquillages d’assez bonne facture (déjà présents dans la première et la seconde parties soit dit en passant).

Même peu expérimenté, le casting n’est pas non plus vilain et fait le job dirons-nous. Et même si ce dernier ne fait pas dans le sensationnel (au moins il ne rabaisse pas le film), nous apprécierons la mise en avant soudaine d’un personnage secondaire en la personne de Rita, la tenante du bar dans lequel se déroule une grande partie de l’action du film. Un personnage haut en couleur (la bonne autrichienne bien costaud servant des pintes à tout-va derrière son comptoir) qui va sortir son épingle du jeu en parvenant à combiner humour et jeu de massacre (elle participe activement à l’extermination de nos morts vivants) à la manière d’un certain Yves Pignot, le fameux René dans "la horde" (les répliques cultes en moins cependant).



Alors oui, "les zombies font du ski" n’est pas la comédie zombiesque qui viendra marquer vos esprits (un scénario bas de gamme, un rythme inégal, un humour faisant souvent l’effet d’un pétard mouillé) mais ne boudons pas notre plaisir devant les quelques petites bonnes choses (de sympathiques effets gores, deux-trois touches d’originalité) qu’il a à nous proposer toutefois, principalement dans un final bien barré où nos zombies vont se faire rétamer dans la poudreuse ! C’est peu au final mais au moins cela finit sur une bonne note !








Du même réalisateur :