RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION
JEUX (VIDEOS, DE SOCIETE...)



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)
Pour les neuf membres et proches de la famille Davenant, rassemblés à l'occasion de l'anniversaire de Patrick, la soirée du 14 février 1974 s'achève entre les murs d'un vieux théâtre, propriété familiale fermée depuis près d'un siècle. Étrange idée, dans la mesure où Patrick semble redouter cet édifice aux fastes majestueux. A raison, puisque les portes se referment bientôt comme par magie, piégeant les convives dans l'édifice, tandis qu'un homme mystérieux, glissé parmi eux, semble tirer les ficelles d'une tragédie à venir et qu'un assassin rôde, faisant tomber les invités un par un...



L'AVIS :

Inédit en France, L'Assassin a réservé Neuf Fauteuils est un giallo datant de 1974 et réalisé par Giuseppe Bennati, metteur en scène peu prolifique puisque sa filmographie ne comporte que 9 films et six épisodes de la série-télévisée Marcovaldo. Pour son seul et unique giallo, ce réalisateur transalpin fait preuve d'un joli savoir-faire et a su mettre en image le scénario écrit à trois mains (Giuseppe Bennati, Paolo Levi et Biagio Proietti) qui a servi de support au film. Un scénario qui mêle plusieurs influences, facilement reconnaissables à la vision des images proposées : le giallo évidemment, avec son mystérieux assassin masqué, ganté et adepte du meurtre à l'arme blanche et ses jolies filles qui n'hésitent pas à dévoiler leurs charmes naturelles, nous y reviendrons. Le fait même de placer plusieurs personnes qui ne s'aiment pas dans un lieu clos rappelle au souvenir d'Agatha Christie et de ses "Dix petits Nègres", le scénariste Biagio Proietti ne s'en cache d'ailleurs pas. Le cadre de l'action, un splendide théâtre médiéval situé à Fabriano, et l’accoutrement du tueur (masque et cape) nous fait irrémédiablement penser au Fantôme de l'Opéra bien sûr. Le théâtre est également à l'honneur avec de nombreuses références à Shakespeare, que ce soit la scène dans laquelle Janet Agren joue un passage de Roméo et Juliette devant les invités ou certains dialogues qui évoquent des œuvres du célèbre poète dramaturge anglais. Le fantastique est aussi de la partie, on peut même parler d'ambiance gothique dans le cas présent.



Antonio Margheriti aurait très bien pu être le réalisateur de L'Assassin a réservé Neuf Fauteuils, tant certaines séquences du film se rapprochent de son cinéma. L'habileté de Giuseppe Bennati est de nous questionner en permanence sur ce "possible" aspect fantastique dans son film. La légende du théâtre, vieille de plus de cent ans et portant sur le propriétaire qui a réunit neuf personnes pour les assassiner, est-elle en train de se répéter à cause d'une antique malédiction ou l'un des protagonistes s'en sert-il pour commettre ses méfaits dans un but purement intéressé ? Car l'actuel propriétaire des lieux est un homme très riche et l'obtention de son héritage pourrait pousser plusieurs personnes à verser dans le meurtre crapuleux. Il faut dire que les neuf personnages, issus de la famille du propriétaire du théâtre Patrick Davenant (sa fille Lynn et son compagnon Duncan, sa sœur Rebecca et sa petite amie Doris, Albert son meilleur ami, Vivian son ex-compagne, Kim sa future femme et Russell, l'amant de cette dernière) ne peuvent pas se sentir les uns les autres et la jalousie et la mesquinerie règnent en maître dans ce petit cercle familial. Chacun aurait une bonne raison d'éliminer Patrick Davenant, une raison d'ordre pécuniaire évidemment, un peu comme dans La Baie Sanglante réalisé trois ans plus tôt par Mario Bava.



Le mystère s'épaissit encore avec la découverte d'un vieux tableau qui illustre les différents meurtres qui viennent d'avoir lieu. Copycat ou présence spectrale revenue d'outre-tombe ? C'est vraiment l'un des points les plus intéressants du film, mis en exergue avec ce curieux personnage habillé en hindou et que personne ne semble connaître. Qui est-il ? Outre ce suspense savamment entretenu, qui dit giallo dit bien sûr violence et érotisme. La plupart des assassinats se révèlent assez soft dans l'ensemble (couteau dans le dos, pendaison, strangulation...) mais l'un d'eux est particulièrement sadique et misogyne, peut-être un clin d'oeil à l'excellent Mais qu'avez-vous fait à Solange ? réalisé en 1972 : l'assassin va en effet enfoncé son poignard, et ce, à plusieurs reprises, dans le vagin de sa victime avant de lui crucifier la main. Une séquence choc, qui ne montre pas l'acte de pénétration mais notre esprit n'a pas besoin de voir pour se l'imaginer et les expressions de visage de la malheureuse Eva Czemerys suffisent à nous faire comprendre la douleur ressentie. On appréciera d'ailleurs la mise en scène théâtrale de ce meurtre lorsque les survivants le découvre, l'assassin ayant quasiment créé une oeuvre d'art mortuaire, mise en avant sur la jaquette française du film, un peu à la manière du tueur à la tête de hibou à la fin de Bloody Bird. Est-ce que Michele Soavi a vu L'Assassin a réservé Neuf Fauteuils et s'en est inspiré pour son film ? Possible. Niveau érotisme, lui aussi assez soft, le spectateur sera comblé puisque le casting féminin est des plus savoureux et ces demoiselles n'hésitent jamais à dévoiler leurs belles poitrines.



Parmi les jolies créatures qui prennent part à ce giallo, on citera la ravissante Janet Agren (vue dans Atomic Cyborg, La Secte des Cannibales, Panic, Kalidor ou Frayeurs entre autres), la brune Rosanna Schiaffino, la rousse incendiaire Paola Senatore (quel corps sculptural !) ou encore la blonde Lucretia Love. Du beau monde donc, et ce n'est pas leur féminité qui viendra amoindrir les coups bas et autres mesquineries entre convives, bien au contraire. L'Assassin a réservé Neuf Fauteuils est franchement une sympathique découverte en ce qui me concerne. Ce n'est pas le meilleur giallo que j'ai vu, ce n'est pas un maître-étalon du genre, mais il se dégage de ce film un petit quelque chose qui fait qu'avec le soin apporté aux images, à l'ambiance et à la mise en scène, j'ai été embarqué jusqu'à la fin. Merci au Chat qui Fume de l'avoir sorti dans une belle édition combo BR + DVD, avec un packaging et une remasterisation de l'image aussi soignés que le film de Giuseppe Bennati.


Disponible en combo DVD + BR chez LE CHAT QUI FUME