RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Auteur
Alberto Pezzotta

Editeur
La tour verte

Date de sortie
2018

Nombre de pages
322

Langue
français

Couleur
Non



Votre note: -
Moyenne: 4
(2 votes)


Chef opérateur réputé, Mario Bava se fait connaître en 1960 dès son premier film, "Le masque du démon", qui révèle Barbara Steele. En vingt ans et une trentaine de films, ce réalisateur un peu vite classé "habile artisan du cinéma d'épouvante" s'illustre avec brio, et non sans un certain humour noir autodestructeur, dans ces domaines aussi divers que fantastique, western, péplum, comédien science-fiction et giallo, genre qu'il crée et que développeront son fils Lamberto Bava et Dario Argento. Son oeuvre inspire Federico Fellini, Ridley Scott, Martin Scorcese ou Tim Burton. Chez Bava, maître de l'angoisse, coloriste hors pair, le scénario n'est souvent qu'un prétexte à une recherche formelle novatrice. Grâce à des documents inédits, l'historien rend enfin justice à Bava, auteur à part entière.

L'AVIS :

Voici un très chouette ouvrage sur le célèbre Mario Bava, dont l'édition originale date de 2013 et qui a été remise au goût du jour par l'auteur lui-même au fil des années. Alberto Pezzotta, historien du cinéma italien enseignant à l'université de Milan, nous propose donc un voyage à travers l'histoire et la filmographie de Bava, de sa naissance en 1914 à sa mort en 1980.

Tout y passe, de ses débuts en tant que créateur d'effets-spéciaux ou d'assistant-réalisateur à ses premières réalisations en tant que metteur en scène. J'avais un peu peur de lire un ouvrage trop intello, trop "thèse sur Bava" mais en fait, même si l'auteur maîtrise totalement son sujet, ses analyses ne sont jamais complexes à lire ou prise de tête. Certains détails sont très pointus mais la lecture reste agréable, instructive et passionnante.

Chaque film de Mario Bava est présenté à travers un synopsis assez détaillé qui comprend de nombreux spoilers pour ceux qui ne les auraient pas vu, puis une analyse qui les replace dans leur contexte historique et met en lumière des points importants quand aux innovations techniques apportés par Bava, que ce soit au niveau de la mise en scène, des effets-spéciaux et, bien sûr, du travail sur la colorisation et les jeux de lumière.

Ce qui m'a beaucoup plus lors de ma lecture, c'est qu'Alberto Pezzotta ne se la joue pas "fan invétéré du réalisateur", même s'il l'est. Il n'hésite jamais à formuler des remarques négatives ou à minimiser l'impact de certains films, voir même d'émettre des critiques sur Bava lui-même. C'est tout à son honneur et ce refus de verser dans le "fan service" augmente l'intérêt de cet ouvrage.

Plusieurs petites photos en noir et blanc illustrent les chapitres et les analyses de l'auteur mais dans l'ensemble, l'iconographie est assez superficielle, le texte étant prédominant.

Une filmographie très détaillée ainsi qu'un chapitre consacré aux origines du Masque du Démon viennent compléter l'ensemble.

5/6 - Stéphane Erbisti