RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Stephen C. Apostolof

Scénariste
Edward D. Wood Jr.

Date de sortie
1965

Genre
spectres

Tagline


Cast
Criswell
Fawn Silver
Pat Barrington
William Bates
Louis Ojena


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Jaime Mendoza-Nava

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2
(1 vote)
Afin de trouver l'inspiration pour son nouveau recueil de nouvelles horrifiques, Bob emmène sa petite amie Shirley en pleine nuit à la recherche d'un cimetière. Victime d'un accident de la route, ils finissent par s'approcher d'un cimetière et vont découvrir un curieux spectacle : le Maître des Ténèbres et sa servante la Goule Noire ont organisé une soirée festive au beau milieu des tombes et vont se délecter de danses érotiques orchestrées par diverses créatures féminines, le tout sous le regard lubrique de la momie et du loup-garou. Bob et Shirley vont-ils réussir à passer inaperçu ?



L'AVIS :

Amateurs de nanars, oserez-vous visionner Orgy of the Dead, le premier film en Sexycolor ? Vous auriez tort de refuser en tout cas ! Adaptation d'un roman du célèbre Ed Wood, qui a d'ailleurs signé le scénario du film, et réalisé par Stephen C. Apostolof, Orgy of the Dead est à ranger dans la catégorie des films inclassables tant il ne ressemble à... rien. L'histoire tient sur un timbre poste et n'est prétexte qu'à nous présenter des numéros de danses façon strip-tease, le tout dans un décor unique, à savoir le cimetière, ou du moins l'espace dans lequel on a placé deux tombes, une crypte et un caveau avec quelques toiles d'araignées pour faire "ambiance" ! Le budget d'Orgy of the Dead ne doit même pas représenter le budget nourriture de mon chien pour un mois à mon avis. En fait, il faut vous imaginer les Nudies du début des années 60 (genre créé par Russ Meyer avec The Immoral Mr. Teas en 1959), à savoir des petits films sans le sou dont l'histoire anecdotique ne servait qu'à dénuder le casting féminin à la moindre occasion, et de les transposer dans le genre fantastique, en faisant du Maître des Ténèbres un spectateur obsédé réclamant des numéros de danse sexy. Et comme on ne désobéit pas au Maître des Ténèbres, surtout quand ce dernier est interprété par Criswell, le narrateur de "Plan 9 from Outer Space", les esclaves féminines ne se font pas prier pour dévoiler leurs charmes et surtout leurs poitrines, qu'elles ont fort jolies d'ailleurs.



Orgy of the Dead va donc enchaîner durant 90 minutes plusieurs numéros de danse dénudée, exécutés par une indienne, une hawaïenne, une zombie, une mexicaine, une esclave, une fille de joie, une femme-chat, une mariée et son squelette de mari et j'en passe. Chaque demoiselle porte une belle tenue colorée qui évoque son origine ethnique, tenue qu'elle va rapidement faire tomber pour le plus grand plaisir de Criswell et des spectateurs masculins. Bénéficiant de chorégraphies qui feraient se pâmer les danseuses du Lido ou du Crazy Horse (comment, vous ne me croyez pas ??), exécutées de façon rythmée et absolument pas répétitives (comment, vous ne me croyez toujours pas ??), ces diverses scénettes viennent égayez notre vision et renvoie à la pure tradition de l'effeuillage burlesque apparu dès les années 1910. Les numéros sont entrecoupés par quelques dialogues de Criswell, toujours très théâtral, qui donne ses consignes à la Goule Noire, une séduisante brune noir de jais, croisement entre Vampira et Elvira, interprétée par Fawn Silver.



A un moment, une momie et un loup-garou font leur apparition, ce qui n'apportera absolument rien au film sinon quelques fous rires. Les deux compères vont capturer Bob et Shirley (mince, j'ai répondu à la question posée dans le résumé du film !) et les livrer en pâture au Maître des Ténèbres, qui, dans sa grande clémence, ne va pas les tuer mais juste les attacher pour qu'ils puissent se régaler des danses exotiques proposées. Sympa ! Tellement obnubilé par la vision des seins qui virevoltent devant lui, le Maître des Ténèbres ne voit pas l'aube qui approche, malgré les mises en garde de la Goule Noire. Ah, c'est fou comment les atouts mammaires peuvent rendre fou les hommes, qu'ils soient vivants ou morts d'ailleurs ! Véritable nullité en terme de cinéma, Orgy of the Dead se veut être avant tout un simple divertissement visuel, qu'on regarde en dilettante, en faisant le ménage ou la cuisine par exemple. On se laisse bercer par les musiques groovy et par les jolies danseuses et on finit même par prendre plaisir au spectacle. Si, si.



Avouons tout de même que c'est carrément plus nul que les propres films d'Ed Wood, qui, eux, ne le sont pas nuls, malgré leur réputation. Orgy of the Dead est à ranger à côté de Mondo Topless ou House on Bare Mountain dans votre Dvdthèque. Il est d'ailleurs dommage que Bach Films n'ait pas mis ce dernier en film bonus, ça aurait été très judicieux. Orgy of the Dead est un Objet Filmique Non Identifié en tout cas, un Peep-Show fantasmagorique et non-sensique, qui peut assurément concourir pour le titre de nanar le plus nul de tous les temps ! Et mine de rien, ça se mérite un tel titre de gloire ! A noter que ce film est sorti en salle en France en 1968 sous le titre de Orgie Macabre.

Disponible en DVD chez BACH FILMS






Du même réalisateur :