RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Cliquez pour noter..
Partis en Roumanie à la recherche de Dracula, Père Uffizi et son ami Luke découvrent un pays ravagé par la guerre civile. Une fois sur place, nos deux compères se rendent compte que des chefs militaires locaux envoyent par camions entiers de malheureuses victimes au chateau de Dracula pour servir de repas à de nombreux vampires vivant dans la forteresse. Dans cette mission des plus urgentes qui est de stopper les méfaits de Dracula, Père Uffizi va également devoir combattre un virus qu’il porte en lui et qui le transforme petit à petit en vampire...



L'AVIS:

Trilogie vampirique produite par l’un des grands maîtres de l’horreur, Wes Craven, les « Dracula » post-2000 ont commencé par un premier opus ("Dracula 2001") ramenant le mythe de notre roi des vampires dans l’ère contemporaine avec certes des défauts non négligeables (une réalisation maladroite, un casting peu professionnel pour une grande partie des acteurs et actrices, un Dracula beau-gosse peu convaincant...) mais avec un petit capital sympathie malgré tout (une idée originale consistant notamment à nous dévoiler les origines surprenantes de Dracula) qui en faisait un film regardable (...mais une seule fois hein !). Puis arriva un second opus ("Dracula 2 ascension") qui anéantit totalement le peu de qualités que l’on pouvait trouver dans le précédent épisode des nouvelles aventures du comte transylvanien. Un second volet catastrophique qui nous offrait là un scénario vide et inintéressant au possible avec les mêmes défauts que l’on avait constatés dans "Dracula 2001" mais cette fois-ci sans réelle qualité mise en avant... Un film mauvais et rarement égalé en termes de médiocrité dans la thématique vampirique.

C’est donc avec pas mal d’inquiétude que beaucoup d’entre nous se plongèrent dans cette nouvelle aventure intitulée "Dracula 3 legacy".
Toujours réalisé par Patrick Lussier (grand collaborateur de Wes Craven en tant que monteur sur la saga "scream" mais aussi sur "red eye / sous haute pression", "un vampire à Brooklyn" et "cursed" entre autres, sans oublier qu’il fut également réalisateur sur "the prophecy 3 : the ascent", la suite de "la voix des morts" et surtout "meurtres à la saint valentin 2009") à qui l’on devait déjà les deux premiers opus de la saga, ce troisième volet mérite-t-il d’être vu ? Et surtout remonte-t-il le niveau d’une saga déjà en fort déclin après ce deuxième épisode raté ?...



A cette seconde question, nous pourrons répondre aisément par l’affirmative. Oui, ce troisième opus remonte clairement le niveau de cette trilogie de Patrick Lussier, mais sans pour autant crier au chef d’œuvre... Loin de là même...
Car si avec "Dracula 3 legacy" il enterre sans grande difficulté son désastreux "Dracula 2 ascension", notre réalisateur continue toutefois à nous montrer ses limites.

A commencer par une réalisation trop téléfilm une fois de plus... Des ralentis persistants, des flous navrants par moments, sans oublier une narration rectiligne au possible (un scénario sans grande surprise si on oublie ce sympathique passage par la cachette de rebelles) qui viennent entacher cette nouvelle histoire.

Le casting n’est pas non plus à la hauteur dans ce troisième épisode dans lequel on retrouve à nouveau le duo Jason Scott Lee (alias Père Uffizi) / Jason London (alias Luke) et notre cher Roy Scheider (Martin Brody dans "les dents de la mer") qui vient faire ici une apparition très rapide. Très téléfilm également, ce dernier contient son lot d’acteurs peu performants, manquant cruellement de professionnalisme face à la caméra.
Hormis un Jason Scott Lee toujours aussi peu charismatique dans son rôle de chasseur de vampires (difficile de trouver un acteur moins démonstratif que lui), nous avons également le malheur de découvrir notamment un Dracula à moitié mourant, sous perfusion et visiblement condamné à regarder des dizaines d’écran de télé car il semble s’embêter cruellement dans son grand château... L’interprétation que nous livre ici notre cher Rutger Hauer vieillissant ne restera en aucun cas dans les annales : ce final où nous assisterons à un combat à l’épée est affligeant et si peu haletant que cela en devient pathétique...

D’ailleurs, tout au long du film, les combats sont sans grand relief, répétitifs et parfois navrants. Certes, quelques maquillages et effets spéciaux demeurent bien fichus (le faciès des vampires, certains cadavres, la déformation d’un visage), mais on regrettera que les scènes censées être violentes (décapitations à plusieurs reprises) soient filmées hors-champs. Une intensité dans les combats amoindrie, ce qui n’étaient pas le cas par exemple dans des "Blade", "underworld" et autres "Bloodrayne" où les séquences d’action étaient bien plus démonstratives et brutales, avec des chorégraphies de combat bien mieux orchestrées qu’ici.



Et pourtant, "Dracula 3 legacy" possède quelques petites qualités qui, même si elles ne parviennent pas à remonter le niveau du film au point d’en garder un agréable souvenir, permettent cependant de faire oublier l’opus précédent et c’est toujours cela de pris pourrions-nous dire (même si nous étions en droit d’attendre un traitement bien meilleur encore).

Passée une introduction sympathique (seul vrai bon point de l’opus précédent d’ailleurs...), nous sommes également surpris de constater que cet épisode est bien plus dynamique que son prédécesseur (les scènes d’action sont assurément plus nombreuses) et possède deux-trois bonnes idées dans son scénario (apparition de vampires déguisés en clowns ou encore de militaires qui nourrissent nos suceurs de sang...).

Autre chose non négligeable, ce troisième opus nous plonge également dans des décors plus variés et en parfaite adéquation avec la thématique vampirique (un village abandonné avec sa place principale transformée en cimetière et son église servant de cachette, une forêt menaçante où sévissent les militaires de mèche avec les vampires, le repère sombre et labyrinthique des rebelles avec ses oubliettes, sans oublier le château de Dracula), sans oublier que nous sommes enfin en Roumanie !
Une ambiance ténébreuse permise également par une bande son satisfaisante et cohérente même si là aussi pas de quoi crier au chef-d’œuvre.



Sans casser trois pattes à un canard, ce "Dracula 3 legacy" n’est pas un film extraordinaire mais parvient sans grand mal (oui cela n’était pas bien difficile...) à surpasser l’opus précédent, "Dracula 2 ascension".
Comme pour les sagas vampiriques "vampires" et "une nuit en enfer", le premier volet était de loin le meilleur (même si "Dracula 2001" n’était déjà pas fantasmagorique soyons clairs) et il aurait peut-être été préférable que Patrick Lussier s’arrête à ce dernier avant de se lancer dans les deux épisodes suivants, franchement dispensables... CQFD